Mongeville

Le juge à la retraite se découvre une nouvelle coéquipière. Un petit vent frais plus que bienvenu.

1332135

Visiblement, il s’ennuie ferme, ce vieux Mongeville. Qu’une chef de chœur s’effondre en plein concert, victime d’une crise cardiaque, et le juge à la retraite se met aussitôt en tête qu’il y a anguille sous roche. A force de fureter en marge de toute enquête autorisée – mais avec la mansuétude des policiers de la PJ qui le connaissent bien et lui passent (presque) tout -, le sexagénaire finit par mettre au jour quelques indices laissant penser que la défunte n’était pas sans histoires…

Seul, il n’irait sans doute pas bien loin – et nous non plus. Depuis le premier épisode de la série, Mongeville (Francis Perrin) menait ses investigations avec la complicité officieuse d’Axelle Ferrano (Marie Mouté), jeune lieutenant avec laquelle il avait noué une relation pudique mais affectueuse. Pour cette nouvelle salve de trois inédits, notre héros carte vermeil voit débouler une nouvelle venue en remplacement de son ancien acolyte, prétendûment en vacances. Bonne nouvelle: le capitaine Valentine Duteil (Gaëlle Bona, Une femme dans la Révolution) est aussi dynamique que sympathique. Vive, enjouée et souriante, elle bouscule avec vigueur la traditionnelle image du flic taciturne et amène fraîcheur et peps à une série qui en manquait cruellement. Côté enquête en effet, ce quatrième opus garde la tranquille cadence des précédents et se contente d’un scénario sans surprise. Et parfois même risible – ainsi le juge soupçonne-t-il chez la victime de sombres secrets après avoir repéré, sur photo, "une lueur de cruauté" dans ses yeux… Si la série mise également, depuis son origine, sur une sous-intrigue feuilletonesque autour de la disparition de la fille de Mongeville, son rythme de diffusion comme celui de l’histoire elle-même peinent à jouer l’effet accrocheur recherché. Espérons donc que la sémillante Valentine secouera de plus belle ce programme bien pépère.

Sur le même sujet
Plus d'actualité