Mon Foodtruck à la clé

Chaque jour de la semaine, deux duos d’apprentis foodtruckers vont rivaliser de fritures pour espérer remporter les clés d’un restaurant mobile.

1304349
En fin d’après-midi, France 2 remplace les "copier-coller" culinaires présentés par Christophe Michalak par ce concours produit par Shine, qui officie habituellement sur les chaînes concurrentes (The Voice,Masterchef,La meilleure boulangerie de France…). Pour ce concept, la production renonce au classique "lundi je visite ton food truck, mardi tu visites mon food truck, mercredi nous critiquons un troisième food truck, jeudi vous rivalisez de mauvaise foi, vendredi ils s’entretuent lors des résultats". Seuls les clients ayant encore des miettes plein les doigts seront autorisés à juger les candidats.

Le découpage de la semaine est pensé en fonction des "quatre règles d’or du food trucker": avoir un concept solide (éviter le cheeseburger comme plat signature), savoir acheter et vendre (maximiser les bénéfices avec des produits moins chers), mêler rapidité et organisation (ne pas se mettre à pleurer quand six clients arrivent en même temps), savoir s'adapter (et changer une roue). Le vendredi, c’est un peu le grand récapitulatif pour vérifier que tout est intégré. Les vainqueurs de chaque semaine, ancrés chaque fois dans une région différente, seront conviés à Paris pour la finale nationale avec, à la clé: un food truck de 100.000 € – le titre ne ment pas.

Pour encadrer les candidats, deux coaches ayant roulé leur bosse et leur véhicule réfrigéré dans le domaine de la gastronomie motorisée: Nathalie Nguyen, vue dans la saison 2 de Masterchef et propriétaire d'un comptoir à saveurs franco-vietnamiennes, et Bruno Olivier, grand nom de la restauration bordelaise, également passé à l'arrière d'un camion. Au passe-plat, c’est Carinne Teyssandier, madame cuisine de Télématin, qui officie avec un petit côté Faustine Bollaert du fast-food.

Sur le même sujet
Plus d'actualité