Meurtres à Saint-Malo

Bruno Solo et Louise Monot se partagent la vedette dans un thriller franco-belge, tourné dans le mirifique décor du Mont-Saint-Michel.

836711

Ce n’est un secret pour personne, les fictions françaises sont légion sur notre petit écran. Et Meurtres à Saint-Malo se révèle un grand classique du genre, à ceci près que ce téléfilm est coproduit par la RTBF et que son scénario se veut atypique.

Les Bretons, eux, sont déjà conquis! 22 jours durant, les habitants du Mont-Saint-Michel ont accueilli l’équipe de tournage et de nombreux figurants ont été choisis parmi eux pour donner plus de relief à l’histoire. Une intrigue qui colle parfaitement au passé corsaire de cette ville d’Ille-et-Vilaine.

Tout commence avec un cadavre découvert sur la plage du Sillon. La tête de la victime, un jeune homme d’une trentaine d’années, émerge du sable mouillé. Tout semble indiquer que le meurtrier l’a enterré et a laissé la marée montante le noyer.

Un mode opératoire qui fait penser à la cravate de sable, une torture inventée au XVIIe siècle par les pirates… Gwenaële Garrec, la capitaine de la PJ de Rennes est chargée de l’affaire, mais elle doit faire équipe avec la gendarmerie locale.

Plus spécifiquement avec Eric Vautier, qui se montre sceptique face aux hypothèses fantasques de sa partenaire.

Après avoir cartonné au cinéma dans La vérité si je mens! et Caméra café, Bruno Solo semble prendre goût aux productions plus modestes. Vu récemment dans Deux flics sur les docks, le comédien a cette fois décidé de revêtir la veste du gendarme pour ce rôle moins léger qu’à l’accoutumée.

À ses côtés, Louise Monot, vue dans OSS 117,incarne une femme flic de tempérament. Le réalisateur Lionel Bailliu semble avoir misé sur un casting judicieux. Fans de chasse à l’assassin qui se mue en chasse au trésor, vous savez où faire escale ce soir.

Sur le même sujet
Plus d'actualité