Magazine Starter (1/6)

Six candidats vont être coachés pour monter leur boîte. Starter, une téléréalité intelligente dont tout le monde sort gagnant!

334060

Le concept de Starter: 6 candidats qui, durant 30 jours montés en 6 émissions, vont découvrir comment un projet se concrétise et une entreprise se façonne. C’est donc une téléréalité – la RTBF assume d’ailleurs pleinement le terme – mais intelligente: elle prend le citoyen sous son aile en lui apportant des clés pour son avenir.

Car la seule chose que possèdent les candidats au départ, ce sont leurs idées et un bon paquet de motivation. Des coachs se chargent du reste: la création d'un business-plan, l’emballage du produit, le logo, les rendez-vous avec les investisseurs, etc. "Il n'y aura pas de caméra dans la salle de bains", précise Elodie de Sélys, ravie de se lancer dans une aventure qui – ô miracle – ne contiendra aucune image d'archives.

"On s'est déjà tous demandé ce qu'on ferait si, tout à coup, on voulait se lancer dans un beau projet, voire changer de vie. C'est exactement ça qui m'a séduite dans Starter", poursuit l'animatrice. Et de fait: parmi les profils, on ne trouve pas que des jeunes loups en quête de hauts buildings.

Il y a aussi de frais diplômés qui ne savent pas par où commencer, et des personnes plus mûres à la recherche d’une réorientation professionnelle. Un casting riche, donc, pour une émission qui tentera de zigzaguer au mieux entre le placement de produits et la qualité du service proposé.

Et qui refuse d'être étiquetée "compétition" pour une raison simple: on n'élimine aucun candidat au fil des semaines et le gagnant qui sera désigné par les coachs en bout de course n'héritera pas d'un tremplin beaucoup plus doré que les autres. "C'est une télévision positive, une expérience qui se vit en équipe et six tranches de vie qui forment une histoire", conclut Elodie de Sélys. On la croit de A à Z.

Sur le même sujet
Plus d'actualité