Magazine – Nous nous sommes tant aimés: Frédéric Dard

Il a choisi de brouiller les pistes en s'inventant des pseudonymes, dont le plus connu reste San-Antonio.

392596

Une manière de devenir quelqu’un d’autre, ou de se cacher, selon les avis. En tout cas, un point de départ en or pour creuser la vie d’un homme aux multiples facettes qui nous a quittés il y a tout juste 12 ans. Les commentaires de Gilles Verlant évoqueront une existence faite de bons mots et de succès lunatiques – la première apparition du commissaire San-Antonio fut un échec cuisant.

On découvrira aussi que l’écrivain était un véritable boulimique de boulot, pondant jusqu’à cinq ouvrages par an.

Qu’il se passionnait pour la littérature enfantine, la peinture et la poésie. Et qu’il reste pour beaucoup un maître à penser, à l’instar d’un certain Guy Carlier qui partage aujourd’hui la vie de sa fille Joséphine…

Sur le même sujet
Plus d'actualité