Magazine: Harry Roselmack et le plus vieux métier du monde

En mai dernier, Harry Roselmack ponctuait son reportage sur les trottoirs parisiens par cette phrase: "La République française a renoncé au pragmatisme pour des valeurs au nom desquelles elle refuse de légitimer le commerce du corps".

211431

Un message directement adressé à ceux qui font les lois, là-bas, dans l'Hexagone, et qui continuent à regarder les prostituées comme des pestiférées et des déchets de la société. Avant cela, le journaliste avait justement prouvé le contraire, en dévoilant le visage humain de ces travailleuses nocturnes et en leur donnant la parole sans jamais sombrer dans le racolage.

Un reportage à la fois grave et poignant. Une réussite, une de plus, pour l'ex-présentateur du JT qui s'attelle aujourd'hui à explorer la société dans tous ses états, que ce soit dans ces pertinentes "immersions" ou dans le magazine Sept à huit.

Sur le même sujet
Plus d'actualité