Magazine – Grand public

Peu importe que le challenge soit particulièrement coton. Aïda Touihri, pétillant transfuge de M6, est ravie de prendre à son tour les rênes de la sacro-sainte mais casse-gueule émission culturelle de France 2. 

510481

L’an dernier, Elizabeth Tchoungui s’y était brisé les dents en une saison. Mais Aïda, son radieux sourire en bandoulière, entend bien relever le défi et donner un coup de neuf à l’image amidonnée de la culture à la télé.

Première résolution: moins de blabla. La jeune femme veut privilégier les reportages et se rendre sur le terrain pour mieux susciter le désir. Quant à ses chroniqueurs, ils ont été choisis pour leur expertise plus que pour leur popularité cathodique.

Ils n’ont d’ailleurs jamais fait de télévision. On peut donc légitimement espérer – et c’est une promesse de l’animatrice – des éclairages originaux sur l’actualité culturelle. Promesse mille fois formulée, certes, mais ici énoncée par une journaliste à la vivacité et au naturel plutôt engageants.

Sur le même sujet
Plus d'actualité