Magazine – Disneyland et ses secrets

Pour les vingt ans de Disneyland Paris, Mireille Dumas montre l’envers du décor. Tout aussi magique?

334821

Elle en a fait du chemin la petite souris depuis sa création en 1928! Et son Walt Disney de père n’aurait sans doute jamais imaginé l’ampleur que prendrait sa petite société. Après le succès du premier parc d’attractions installé en Californie, Walt Disney Productions s’est exporté avec bonheur, notamment en France, à deux pas de la capitale.

À l’occasion des vingt ans de Disneyland Paris, Mireille Dumas est allée mettre son nez derrière le carton-pâte. Une véritable ville dans la ville où s’activent, jour et nuit, quelque 14.500 personnes à l’abri des regards.

Chacun son périmètre: le jardin, l’atelier couture, la réserve de tissus (dont certains datent du XIXe siècle), les automates, les chars… Et pour tous, un seul mot d’ordre: perpétuer la magie jusque dans les sourires – omniprésents – et dans les discours – incroyablement positifs – sur le monde merveilleux de Disney.

Nous comprendrons juste que ce n’est pas le salaire qui motive les employés et qu’il règne dans les lieux une certaine "mentalité américaine": le travail, le travail et encore le travail. Un monde à part, assurément, qui peut rapidement prendre la forme d’une cage dorée, comme le concède l’une des petites mains.

Présenté ici sous ses plus beaux atours, Disneyland Paris sait y faire pour attirer, chaque jour, ses 40.000 visiteurs (parmi lesquels Nolwen Leroy que l’on retrouve perchée sur le cheval d’un manège à l’ancienne).

Technologie de pointe, confection de luxe, savoir-faire dans la plus pure tradition française assurent, en effet, un spectacle d’une grande qualité pour qui aime les jolis contes sucrés et les grosses machines. Pour les autres, cette plongée pas inintéressante dans les coulisses du gigantesque parc d’attractions apparaîtra tout de même un brin superficielle.

Sur le même sujet
Plus d'actualité