Magazine – Devoir d’enquête: Le silence des chevaux

Retour sur une vague de massacres de chevaux qui a secoué la Belgique en 2011. La cruauté est dans le pré.

651685

Entre mai et novembre 2011, aux quatre coins de la Belgique et du Grand-Duché de Luxembourg, une vingtaine de chevaux ont été tué, ou mutilé à mort, avec une extrême cruauté. Et le mystère reste entier: qui a commis ces actes barbares? Et pourquoi?

"Les différentes équipes d’enquêteurs se sont retrouvé face à des cas très difficiles: ces agressions ont eu lieu la nuit, souvent dans des endroits retirés et sans laisser beaucoup d’indices exploitables", explique le journaliste Robert Neys. La seule certitude étant que ces actes ne sont pas reliés entre eux.

Pour le reste, toutes les hypothèses restent ouvertes. Et certaines font froid dans le dos. Dans l’un ou l’autre cas, comme à Flémalle, la bête a été empoisonnée puis mutilée post-mortem avec section du pénis et "carottage" de l’anus. S’agit-il de sorcellerie? D’un rite d’initiation d’une secte? "Plus rationnellement, il s’agit parfois simplement de violence gratuite ou de chercher à atteindre les propriétaires."

L’équipe de Devoirs d’enquête a également rencontré une partie de ceux-ci et le moins que l’on puisse dire est que, même plusieurs mois après les faits, il s’agit d’un vrai traumatisme pour eux. En s’intéressant à ces affaires, Robert Neys signe aussi son proche départ à la retraite, après presque 38 ans passés à la RTBF dont une bonne partie dans différents magazines d’investigation (Faits Divers, Actuel, Histoires Vraies,..): "Mon premier Fait Divers était consacré à une bande organisée de braconniers. Ici en évoquant la maltraitance animale, un sujet que je cherchais à aborder, je boucle la boucle", sourit-il.

Avant de donner un dernier petit conseil à son employeur: "L’investigation, c’est souvent lancer des pistes qui n’aboutissent pas toujours. Cela demande du temps et de la patience. J’espère que dans le contexte économique, actuel et futur, la RTBF pourra encore se le permettre." Parole de sage.

Sur le même sujet
Plus d'actualité