Magazine – Devoir d’enquête: Faut-il brûler Michelle Martin?

Bourreau sanguinaire ou épouse subjuguée? Devoir d'enquête dresse le portrait contrasté de la femme la plus détestée du royaume.

510313

"Faut-il brûler Michelle Martin?" Sous ce titre racoleur, le magazine d’investigation lance un énième pavé dans la mare. Si l’ex-femme de Dutroux a payé sa dette envers la société, personne n’en connaît le vrai visage. Réalisé par Malika Attar, le sujet principal de ce soir tente de percer le mystère. D’autant qu’il se base sur une lettre de trois pages envoyée par Michelle Martin à Devoir d’enquête

À quand remonte cette fameuse lettre?
Malika Attar – On lui avait soumis une série de questions il y a quatre ans, suite à sa première demande de libération conditionnelle. Elle nous avait répondu, mais trop tard pour qu’on puisse l’insérer dans le sujet et confronter ses regrets aux différents témoignages.

Qui avez-vous interrogé?
Les psychiatres qui l’ont rencontrée avant son procès d’assises, des amis d’enfance, des professeurs, des avocats, une infirmière sociale, une visiteuse de prison…

Ces différents témoignages se recoupent-ils?
Les réactions sont forcément différentes en fonction de l’époque où elles ont été livrées. Il est donc important de faire la distinction entre les rencontres de ces témoins avec Michelle Martin et ce qu’ils ont appris d’elle par la suite. Les psychiatres, en revanche, ne tirent pas du tout les mêmes conclusions que les autres personnes interviewées. Ils se détachent sans doute plus facilement de l’émotionnel au profit du factuel.

Michelle Martin présente donc de multiples facettes?
Le tribunal de l’application des peines affirme qu’elle a changé. Nous, on a voulu savoir vers quoi et comment s’effectue cette reconstruction. Ce qui est sûr, c’est qu’il y a un avant, un pendant et un après-Marc Dutroux…

Sur le même sujet
Plus d'actualité