[MAGAZINE] C’est du Belge – Jacques Brel, dernière ligne droite aux Marquises

De ses adieux à la scène, en 1966, à son grand départ en 1978, ce documentaire inédit retrace les dernières années du grand Jacques.

936835

"Ce qui compte dans une vie, c'est l'intensité, pas la durée d'une vie." Homme de passions, Jacques Brel décide à 37 ans de renoncer à la scène, en pleine gloire. Pour relever d'improbables défis, explorer de nouveaux horizons, percevoir des parfums inconnus, goûter d'autres saveurs. "L'important c'est d'aller voir, de se mettre au pied du mur." C'est ce qu'il a fait. Après avoir tourné des films, monté sa comédie musicale L'homme de la Mancha, il part, en 1974, faire le tour du monde sur son voilier l’Askoy II. Deux ans plus tard, il choisit de s'installer sur l'île d'Hiva Oa dans l'archipel des Marquises. C'est cette dernière tranche de vie que raconte Alain Gordon-Gentil.

"Je suis écrivain , confie le réalisateur, c'est Brel qui, par la qualité de ses textes, m'a donné envie d'écrire. Il a accompagné toute ma vie d'écriture. Je lui devais bien un documentaire." Pourquoi le chanteur s'est-il arrêté dans cet endroit? "Brel est resté belge jusqu'à la fin. Les Marquises sont le seul archipel où il pleut tout le temps. Ce n'est pas par hasard qu'il s'y est installé. C'est son Plat Pays du sud". Et c'est dans ce paradis gris et nuageux qu'il a loué une petite case en tôle. Il n'est jamais devenu propriétaire. "Tout le monde l'appelait Jacques, poursuit Gordon-Gentil. Il a donné sa vie aux Marquises. Et personne ne savait qui il était. Ce n'est qu'à son décès que les habitants ont vu débarquer des hordes de journalistes." Ce sont ces proches Marquisiens qui témoignent ce soir de cette personnalité exceptionnelle: Guy, le maire d'Hiva Oa, Victorine, son infirmière, qui le soulageait avec des piqûres de morphine, son ami Serge. Le réalisateur a rassemblé d'autres interviews méconnues de l'artiste, de son pianiste, de Juliette Gréco, de Brassens, de Madly, d'Isabelle… Tous s'accordent pour dire que Brel n'était pas qu'un chanteur, qu'un comédien, qu'un père, qu'un amant, qu'un ami fidèle. Il était tout à la fois. Et surtout, il était beaucoup mieux… Un homme.

Sur le même sujet
Plus d'actualité