[MAG] Devoirs d’enquête

Deux documentaires chocs qui font mal à la démocratie et à l'humanité. Et qui ont pour point commun d'avoir été tournés… chez nous.

1031006

Le moment fort sera le documentaire Les nouveaux esclaves. Sylvie Chevalier et Sophie Gillet y suivent, des semaines durant, le travail de la cellule liégeoise des enquêteurs spécialisés dans la traite des êtres humains. On accroche, pour le côté "vie de commissariat". Puis l'on frémit. Car ce que le reportage nous montre, c'est une réalité parallèle, celle des "nouveaux esclaves". Ainsi, l'on verra les policiers perquisitionner un resto chinois à pignon sur rue. Et on y découvrira l'envers du décor: des hommes et des femmes y bossent 17 heures par jour pour des "salaires" qui tiennent de l'aumône. Et servent à rembourser les passeurs qui les ont livrés en Europe. On verra ensuite des cueilleurs de fruits travaillant comme des ânes, dormant dans des hangars sordides au-dessus de frigos, loin des mirages de vie dorée que leur ont fait miroiter les patrons. Puis viennent les "hôtesses" des bars à champagne. Et, face à la détresse de Nancy, jeune femme exploitée par deux proxénètes, la coupe est pleine d'indignation et de rage. On est loin d'un épisode de Navarro. Ici, c'est de la vraie vie, de la chair, des larmes, des vies gâchées… et ça se passe près de chez nous.

En deuxième partie, Les nouveaux shérifs. Ce reportage moins fort mais alarmant revient sur le système des sanctions administratives communales, conférant aux administrations un pouvoir de justice, dans le cadre de la répression des incivilités. Déjà gênant, le procédé devient inacceptable lorsqu'une nouvelle disposition autorise les fonctionnaires à mettre les mineurs à l'amende. On partagera l'inquiétude des juges de la jeunesse… Avant d'éteindre la télé d'une humeur de chien, en maugréant sur ce monde abject et cette époque sans valeurs.

Sur le même sujet
Plus d'actualité