L’ombre d’un doute: qui était François 1er?

Oubliez l’image du roi chevalier exemplaire, défenseur des arts et force vive de la Renaissance: Franck Ferrand décapite le mythe.

1307363

L’historien cathodique a une dent contre le monarque souvent adulé. A la lumière de ses recherches pour La cour des dames, l’écrivain aurait découvert un être dépourvu de morale et de vision. En croisade contre l’icône de la Renaissance, il entend présenter dans l’émission "la face obscure d’un grand règne" après avoir publié un livre à charge pour célébrer à sa façon le cinq centième anniversaire de l’intronisation de celui qu’il nomme "François Ier, roi de chimères". Louis XII, prédécesseur et beau-père du roi, aurait écrit: "Nous travaillons en vain, ce gros garçon gâtera tout". Franck Ferrand va jusqu’à déclarer que ce "gros garçon" a été néfaste pour la France et a conduit à la chute de la monarchie hexagonale, tombée faute d’avoir su se réformer comme ses consœurs européennes.

De la figure emblématique de la Renaissance dépeinte dans les livres d’histoire, L’ombre d’un doute fait un pro de la communication, capable d’imposer la marque "1515, Marignan" et d’y associer héroïsme et triomphe de la chevalerie française – en passant sous silence les 16.000 morts et le renfort déterminant apporté par Venise. Dans le rôle de la publicitaire de génie, on retrouve Louise de Savoie, mère ambitieuse et intrigante qui a tout fait pour mettre sur le trône son "César triomphant". Face à cette fine stratège, le "très humble et très dévoué fils", comme il aime à signer ses lettres, semble finalement peu tacticien. Le documentaire le met notamment au centre d’un vaudeville absurde dans lequel il aurait succombé à Marie Tudor, seconde femme de Louis XII – il aurait donc pu implanter dans l’utérus royal l’héritier mâle qui l’aurait écarté du pouvoir! Une montée de libido digne de l’éternel adolescent que l’on nous présente, fils à maman trop gâté et jaloux de ses petits camarades Charles Quint et Henri VIII au point de s’engager dans des combats aux conséquences désastreuses.

Sur le même sujet
Plus d'actualité