Lido, la nouvelle féerie

Dix ans que le célèbre cabaret parisien présentait le même spectacle… Il était temps de dépoussiérer les paillettes.

1345537

Depuis le 3 avril, Paris merveilles en met plein la vue sur la scène mythique des Champs-Elysées. Confronté à la concurrence des autres cabarets, Crazy Horse en tête, le Lido a en effet mis le paquet: nouvelle salle, nouvelle machinerie et nouvelle troupe. Il a fallu un an à l'impérial Franco Dragone pour tout réinventer. On suivra tout le processus, des premiers brainstormings au filage final. Fan de Showgirls ou de Flashdance, on sera forcément happé par cette aventure qui dévoile pas à pas, en exclu, le travail de titan nécessaire à l'apparition de la magie. On vibre de fierté en découvrant les artisans louviérois responsables des fabuleux costumes. Que de talent et de savoir-faire dans ces fanfreluches pavées de strass collés un par un, graciles mais prêtes à résister à des milliers de shows. Que de boulot aussi pour les interprètes! Il a fallu se plier aux exigences des chorés de Dragone: les danseurs et danseuses ont dû affronter un casting géant et des séances d'entraînement impitoyables. Sous nos yeux, les artistes suent sang et eau, se plient à des exercices acrobatiques que n'aurait pas imaginés le plus sadique de nos profs de gym. Le nouveau spectacle se veut à la fois révolutionnaire et rétro. Les Bluebell Girls descendent les marches, les filles s'accrochent à un lustre, en talons hauts à huit mètres du sol. Finalement, on n'aimerait pas être à leur place, même pour enfiler le justaucorps à paillettes… Paillettes qui ressemblent, au final, à de la poudre aux yeux. On attendra vainement un point de vue critique. On aura plutôt du storytelling, du rêve bien ficelé, qui ressemble un peu à une opération promo bien emballée.

Sur le même sujet
Plus d'actualité