L’homme qui ne voulait pas être fou

Patrice, 43 ans, est schizophrène. Après avoir vécu 5 ans dans la rue, il vit aujourd'hui dans un institut spécialisé. Mais la promiscuité des autres le dérange. "Les autres m'envahissent, je ne parviens pas à tout gérer".

28325

Alors il s'évade, se promène, va voir sa mère, retourne sur les lieux de son enfance en compagnie de Véronique Fiévet et de Bernadette Saint-Rémi, auteurs de ce pudique et poignant reportage. Ou se réfugie dans sa chambre pour se reposer, se détendre, lire et écrire. Patrice souffre d'hallucinations et ne manque pas de prendre "ses bonbons", une aide médicamenteuse précieuse. "Chacun vit sa schizophrénie comme il le peut. Moi je crie waaaaaza, j'en ai besoin." Patrice vit dans le passé, conscient de ne pas avoir d'avenir. Pourtant il rêve d'une vie différente avec un travail, femme et enfants. "Souffrir n'est pas périr, c'est mourir à petit feu, il n'y a rien de pire que ces prisons mentales car ce sont des prisons vides, des rêves éveillés, des hallucinations. Et pourtant Patrice le dit: "Je suis heureux, poétiquement heureux". Emouvant! – G.W.

29 avril: La Deux 22h50: L'homme qui ne voulait pas être fou

Sur le même sujet
Plus d'actualité