Les yakuzas, entre le bien et le mal

Ils se couvrent le corps de tatouages traditionnels somptueux. Coupent les phalanges de leurs ennemis. Se paient le luxe d'avoir pignon sur rue, via des structures soi-disant "associatives", tout en baignant dans des relations criminelles parfois sanglantes et de brutales guerres de clan.

795045

Les yakuzas (étymologiquement, les « bons à rien ») sont tout cela à la fois et bien plus encore. Eux, qui nourrissent l’imaginaire des mangas et du cinéma japonais, se voient comme un ordre de chevalerie.

Avec quelque 80.000 membres, ils formeraient la plus grande organisation criminelle du monde. Construit avec une volonté d’équilibre et de profondeur, Yakuza, entre le bien et le mal n’évacue pas ces réalités mais nous révèle également des chefs de gang en quête de spiritualité et en proie à leurs démons.

Au point que l’un d’entre eux songe même à devenir moine et à suivre Bouddha à jamais.

Sur le même sujet
Plus d'actualité