Les petits meurtres d’Agatha Christie

Pendant six ans, le fils de Coluche a été le héros des Petits meurtres d’Agatha Christie. Mais l’an dernier, le comédien a choisi de se faire remplacer…

927343

Dire stop à un feuilleton qui cartonne, ce n’est pas compliqué?
C’était un risque, mais tant Antoine Duléry que moi avons pris nos responsabilités. Bien sûr que c’était embêtant, car la série jouit d’une très bonne réputation et elle nous occupait bien. Mais j’avais parfois l’impression d’être un peu enfermé. J’avais besoin d’autres défis, tout simplement, de me mettre en danger. Et là, je peux vous dire que c’est le cas. Mais il ne faut pas se voiler la face: on rêve tous de faire plus de cinéma! (Rire.)

L’univers d’Agatha Christie, vous le connaissiez?
Pas du tout, je ne l’avais jamais lu! Et c’est bizarre, car j’adore la littérature policière. Je suis passé à côté. Mais bon, ça n’a pas été un frein pour que je joue Lampion. Au contraire, c’était un beau défi à relever.

Que l’Italie et le Japon aient racheté Les petits meurtres…, c’était flatteur, non?
Evidemment! Mais le mieux, c’est que les détenteurs des droits eux-mêmes, c’est-à-dire les petits-enfants d’Agatha Chrsitie, sont tombés amoureux de notre version. Ils nous ont dit: "On a réalisé nous-mêmes un pilote pour la télé, mais il était moins bien que le vôtre." Ils ont donc décidé de continuer à nous vendre les droits. C’est vraiment un rôle dont je resterai toujours fier.

Quels sont vos nouveaux défis?
J’ai eu le plaisir de jouer aux côtés d’Armelle Deutsch et de Michel Jonasz dans Cent pages blanches, un téléfilm pour France 2. Une belle aventure. J’ai aussi eu un petit rôle dans Populaire, un film qu’on a tourné en Belgique, d’ailleurs. Puis j’ai repris le chemin des planches car j’adore ça et, pour le fun, je chante avec un groupe. Très mal, mais bon, ça me détend. Je suis une sorte d’Elie Semoun de la chanson française! (Rire.)

Sur le même sujet
Plus d'actualité