Les meilleurs films du vendredi 4 juillet

Chaque jour, un spécialiste du cinéma de Moustique sélectionne les films à voir et à revoir. Au programme de ce lundi, les bandes-annonces, critiques et étoiles de:

  • Le fils de l'homme
  • L'âge de cristal
  • Percy Jackson: la mer des monstres
  • Le bouffon de l'horreur

1133841

Les fils de l’homme [3*]

AB3 23H35

D’Alfonso Cuarón (2005). Avec Clive Owen, Julianne Moore.

Pas de bric-à-brac high-tech dans cette vision futuriste d’une humanité dans un piteux état, sale, envahie de réfugiés et stérile. Cuarón suit un impeccable Clive Owen, caméra à l’épaule, renforçant le sentiment de vérité de ce portrait en urgence d’un monde déliquescent. Et rend à la SF adulte ses lettres de noblesse, celles d’un cinéma engagé et visionnaire, plaçant le fragile espoir du monde entre les mains d’un antihéros cabossé et d’un nouveau-né hurlant à la vie. Fort!

 

L’âge de cristal [2*]

TCM 15H00

De Michael Anderson (1976). Avec Michael York, Jenny Agutter.

23e siècle. Des humains doivent fuir la ville sous peine d’être tués à leur trentième anniversaire. Avant de faire les beaux après-midi des ados en 1978 sous la forme d’une série télévisée de science-fiction avec les jupes affriolantes de la belle Heather Menzies, L’âge de cristal est d’abord un film d’anticipation comme il en fleurit dans les seventies. Avec sa cité de verre au look futuriste, ses uniformes d’inspiration Paco Rabane, son tandem sexy et ses relents orwelliens, ce film fantastique sympa se paie le luxe de nous divertir avec intelligence.

 

Percy Jackson: la mer des monstres [2*]

BE1 20H55

De Thor Freudenthal (2013). Avec Logan Lerman, Brandon T. Jackson.

C’est son côté "héros à l’insu de son plein gré" qui fait le sel des aventures du demi-dieu Percy Jackson. Une légèreté et une insouciance qui impriment à ce petit mélange de fond mythologique et de magie moderne héritée de Harry Potter une allure de BD fantastique vintage plutôt appréciable. 

 

Le bouffon de l’horreur [1*]

PLUG RTL 21H20

De Simon Sprackling (1994). Avec Tim James, Christopher Lee.

L’immense Christopher Lee joue les utilités dans ce petit film d’épouvante dont les menus plaisirs nous sont offerts par un tueur déguisé en Joker, au cynisme comparable à celui de l’assassin de la série horrifique Saw. Et surtout par des décors psychédéliques piqués à la série Le prisonnier. De quoi imprimer un grain de folie à un ensemble trop attendu. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité