Les meilleurs films du samedi 25 juin

Douze hommes en colère, Un beau jour, Shortbus, ... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce samedi en télé.

36924

TCM 20h40: Douze hommes en colère (3 étoiles)

De Sidney Lumet (1957). Avec Henry Fonda, Lee J. Cobb.

Seul contre tous, pendant un après-midi caniculaire, un membre d’un jury se dresse contre les autres jurés pour éviter la peine capitale à un jeune homme accusé du meurtre de son père. Symboliquement vêtu de blanc, le héros va donc décortiquer chaque faille de l’accusation une par une, dans un huis clos étouffant mené magistralement par Henry Fonda. Une mécanique du suspense sobre et redoutablement efficace.

RTL-TVI 20h50: Un beau jour (2 étoiles)

De Michael Hoffman (1996). Avec Michelle Pfeiffer, George Clooney.

C’est le genre de comédie romantique dont on connaît la fin à peine après en avoir vu le début. Mais heureusement, si le scénario est des plus convenu, l’action qui se déroule sur une seule journée permet au couple formé par George Clooney et Michelle Pfeiffer de dégager une alchimie certaine alliée à leur charme habituel et à des dialogues efficaces.

Arte 2h55: Shortbus (2 étoiles)

De John Cameron Mitchell (2006). Avec Soo-Yin Lee, Paul Dawson.

En découvrant Shortbus, certains zappeurs noctambules penseront peut-être être tombés sur le porno du samedi soir d’une chaîne cryptée. C’est que ce film en a toutes les apparences, avec ses scènes de sexe non simulées par des acteurs n’ayant pourtant rien à voir avec l’industrie du X. Un véritable ovni underground qui, bien au-delà de son érotisme provocateur très poussé, contient une réflexion sur la quête amoureuse et existentielle de ses personnages.

Be 1 20h45: Percy Jackson: le voleur de foudre (1 étoile)

De Chris Columbus (2010). Avec Logan Lerman, Pierce Brosnan.

Adapté d’une série de livres basés sur la mythologie grecque, Percy Jackson veut surtout surfer sur l’immense popularité de la saga Harry Potter, dont il tente de reprendre les ingrédients. Destiné avant tout à un public adolescent, le film offre donc un mélange tonitruant d’aventures et d’effets spéciaux. Pour autant, Chris Colombus était nettement plus inspiré à la réalisation des deux premières aventures du magicien de Poudlard.

Sur le même sujet
Plus d'actualité