Les meilleurs films du samedi 2 juillet

E.T., l’extra-terrestre,À bout de course, Les ripoux, ... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce samedi en télé.

37765

AB3 20h30: E.T., l’extra-terrestre (3 étoiles)

De Steven Spielberg (1982). Avec Henry Thomas, Drew Barrymore.

E.T., premier gentil extra-terrestre de l’histoire du cinéma, est aussi, sous le vernis du conte fantastique, un portrait désabusé de la famille américaine moyenne avec une mère, complètement dépassée, qui ne remarque pas qu’un quatrième "enfant" occupe sa maison! Spielberg pianote avec génie sur toutes les touches de nos émotions, passant sans prévenir du rire aux larmes, et faisant d’E.T. notre petit copain idéal, celui qui nous rappellera à jamais notre enfance perdue. Magique!

TCM 14h15: À bout de course (3 étoiles)

De Sidney Lumet (1988). Avec River Phoenix, Christine Lahti.

Fin des années 60, les Pope commettent un attentat contre une usine de napalm. Depuis lors, le FBI les suit à la trace. C’est un des films préférés de son auteur, mais également un injuste échec commercial. En effet, porté par des acteurs aussi justes qu’inconnus à l’époque, ce film oppose avec une rare délicatesse deux visions antinomiques du monde (la rébellion contre le retour à la norme) à travers le conflit des générations. Le tout emballé dans de magnifiques scènes d’émotion. À voir!

RTL-TVI 20h45: Les ripoux (2 étoiles)

De Claude Zidi (1984). Avec Philippe Noiret, Thierry Lhermitte.

Vieux flic, René vit de combines plus ou moins malhonnêtes avec le milieu des truands. L’ambiance change de ton quand débarque François, son nouveau coéquipier. Zidi change aussi de ton dans cette peinture drôle, mais réaliste, de policiers un peu "ripoux". Aidé par des comédiens au poil, son humour devient caustique et mordant. Et ça lui va plutôt bien!

AB3 22h25: Point Break extrême limite (2 étoiles)

De Kathryn Bigelow (1991). Avec Patrick Swayze, Keanu Reeves.

Policier, Johnny infiltre une bande de surfeurs braqueurs de banques, aux ordres du charismatique Bodhi. Reeves, un brin fadasse, admire les pectos ciselés et l’attitude ultra-sexy et dangereuse d’un Swayze mauvais garçon qu’il devrait contribuer à mettre sous les verrous. Un polar choc étonnant, surfant entre connotation homosexuelle et ironie sur la vanité masculine.

Sur le même sujet
Plus d'actualité