Les meilleurs films du premier juillet

Chaque jour, un spécialiste du cinéma de Moustique sélectionne les films à voir et à revoir. Au programme de ce lundi, les bandes-annonces, critiques et étoiles de:

 

  • Before Midnight
  • Le cavalier électrique
  • La rivière sauvage
  • Les sous-doués en vacances 

1132139

Before Midnight [3*]

BE1 20H55 

De Richard Linklater (2013). Avec Julie Delpy, Ethan Hawke.

Dans Before Sunrise et Before Sunset, Céline et Jessie dessinaient l’esquisse du couple le temps d’une nuit et d’une journée. Dans ce dernier volet de la trilogie, on les retrouve mariés, avec enfants, en vacances en Grèce. C’est leurs querelles quotidiennes que traque, plus mélancolique et désabusée, la caméra de Linklater, qui se révèle de film en film un brillant entomologiste des relations humaines. Un coup de cœur!

 

Le cavalier électrique [2*]

TCM 23H05 

De Sydney Pollack (1979). Avec Robert Redford, Jane Fonda.

Même dans un costume de pacotille incrusté d’ampoules colorées, Redford est beau comme un dieu. Il incarne pour son ami Pollack (On achève bien les chevaux, avec déjà Jane Fonda) la métaphore d’une Amérique qui a laissé ses vieux rêves originels en rade. Restent un cow-boy désabusé et le cynisme d’un monde dominé par des multinationales. Un beau film qui a le parfum des œuvres engagées des seventies.

 

La rivière sauvage [1*]

AB3 20H05 

De Curtis Hanson (1995). Avec Meryl Streep, Kevin Bacon.

Auteur d’un seul grand film, L.A. Confidential, Hanson est un cinéaste habile qui navigue entre les genres avec une certaine réussite. Ici, il jette Meryl Streep et sa famille dans les eaux tortueuses d’une rivière en kayak, mais surtout dans les bras de trois vilains malintentionnés. Cette virée aquatique mêlant action, thriller et psychologie de bazar doit surtout son intérêt à l’incroyable Streep, qui n’hésite jamais à mouiller sa chemise.

 

Les sous-doués en vacances [1*]

CLUB RTL 20H25 

De Claude Zidi (1981). Avec Daniel Auteuil, Guy Marchand.

Prévue comme réponse aux Bronzés, cette suite d’un gros succès de Zidi prouve au moins une chose: Auteuil a toujours été un excellent comédien, aussi à l’aise dans le comique potache comme ici que dans le registre plus grave. Rien d’affolant sous le cocotier, donc, mais le plaisir de se laisser couler dans des souvenirs kitsch et de retrouver un Marchand hilarant en crooner dragueur aux commandes de sa "machine de l’amour".

Sur le même sujet
Plus d'actualité