Les meilleurs films du jeudi 7 juillet

L'armée des ombres, la femme scorpion, Tant qu'il y aura des hommes, ... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce jeudi en télé.

37807

France 3 20h35: L’armée des ombres (3 étoiles)

De Jean-Pierre Melville (1969). Avec Lino Ventura, Simone Signoret.

C’est un pan de son histoire personnelle de résistant que Melville porte à l’écran. Film anti-spectaculaire à la gloire d’hommes et de femmes ordinaires que des circonstances extraordinaires ont amenés à se conduire en héros, ce film grave et magnifique détonne du genre par sa sobriété et sa quasi-sécheresse des sentiments. Découpé au scalpel, ce chef-d’œuvre de Melville est un manifeste implacable contre l’oubli.

Arte 0h05: La femme Scorpion (3 étoiles)

De Shunya Ito (1972). Avec Meiko Kaji, Fumio Watanabe.

Emprisonnée à perpétuité, Matsu subit les humiliations, les tortures et les viols quotidiens de la part de ses gardiens. Femme forte et inflexible, on lui a donné le surnom de Sasori (scorpion). Adapté d’un manga érotique de la série Sasori idolâtrée par Tarantino, le film est un mélange détonant de sexe, d’ultraviolence, de théâtre kabuki et de poésie ésotérique. Un régal absolu de mise en scène pour public averti.

Club RTL: Tant qu’il y aura des hommes (3 étoiles)

De Fred Zinnemann (1953). Avec Burt Lancaster, Montgomery Clift.

1941. Dans sa compagnie à Honolulu, l’ex-boxeur Prewitt refuse de remonter sur le ring malgré l’insistance pressante du capitaine Holmes. Le film a marqué les mémoires par sa scène d’amour torride sur la plage entre Lancaster et Kerr. Mais il vaut plus que ça, même s’il a un peu vieilli. Radioscopie sans fard de soldats oisifs loin du champ de bataille, Tant qu’il y aura des hommes est porté par l’incandescence rageuse de Montgomery Clift, prêt à toutes les humiliations pour respecter la promesse qu’il s’est faite. Superbe.

TCM 15h00: Monty Python, le sens de la vie (2 étoiles)

De Terry Gilliam, Terry Jones (1983). Avec John Cleese, Terry Gilliam.

Les Monty Python se livrent à une satire loufoque de l’existence via une succession de saynètes monstrueuses, mordantes ou carrément explosives… Bref, une façon bien à eux d’envisager la bizarrerie des comportements humains, comme ces poissons d’un aquarium de resto observant, perplexes, nos travers vraiment pas tristes!

Sur le même sujet
Plus d'actualité