Les meilleurs films du dimanche 26 juin

Heureux qui comme Ulysse, Braquage à l'italienne, L'attaque du métro 1-2-3, ... Découvrez des extraits vidéos et nos avis sur notre sélection de films diffusés ce dimanche en télé.

36940

Club RTL 20h00: Heureux qui comme Ulysse (2 étoiles)

D'Henri Colpi (1969). Avec Fernandel, Rellys.

Le dernier film de Fernandel – malade, il ne put achever Don Camillo et les contestataires en 1970 – fut un échec commercial à sa sortie. Peut-être parce que le comédien y délaisse son éternelle verve comique pour un récit à la tonalité dramatique. C’est pourtant une histoire touchante qui unit le héros à un vieux cheval qu’il veut sauver d’une mort certaine. Une balade pleine de poésie à travers la Camargue.

TF1 20h45: Braquage à l’italienne (2 étoiles)

De F. Gary Gray (2003). Avec Mark Wahlberg, Edward Norton.

Remake de L’or se barre, un grand classique de la Paramount avec Michael Caine (à qui le présent film adresse d’ailleurs un clin d’œil), Braquage à l’italienne contient tous les ingrédients d’un bon récit de gentlemen cambrioleurs, même s’il se situe un cran en dessous de la gouaille et du glamour d’Ocean’s Eleven. Joli casting et séquences bien fignolées – dont une fameuse course-poursuite en Mini Cooper – sont au programme de ce braquage pas comme les autres.

Be Ciné 20h45: L’attaque du métro 1-2-3 (2 étoiles)

De Tony Scott (2009). Avec Denzel Washington, John Travolta.

Remake d’un thriller efficace de 1974, cette nouvelle mouture a gardé un rythme trépidant. Le décor du métro sert il est vrai à merveille à renforcer l’ambiance claustrophobe, d’autant que Scott possède un art du cadrage spectaculaire. Ce suspense se laisse donc savourer, même si inévitablement il ne témoigne plus de la même originalité que son modèle, bien d’autres productions similaires ayant emprunté la même rame depuis lors.

France 3 0h40: Louise (1 étoile)

D'Abel Gance (1939). Avec Grace Moore, Georges Thill.
Si Abel Gance, pionnier du cinéma, est resté célèbre pour ses œuvres grandiloquentes, Louise constitue une curiosité oubliée – et bien démodée – dans la carrière du cinéaste. Ce mélodrame musical basé sur un opéra-comique fait appel à un casting pour le moins inhabituel: le ténor Georges Thill, l’actrice et chanteuse américaine Grace Moore et Robert Le Vigan, génial comédien qui se saborda pendant la guerre en collaborant activement avec les Allemands.

Sur le même sujet
Plus d'actualité