Les meilleurs films du 9 novembre 2013

Chaque jour, Moustique sélectionne les meilleurs films du jour et propose les bandes-annonces. Dans la sélection de ce vendredi:

  • Outrages
  • Argo
  • Jumanji
  • Le souffle de la violence

976381

Outrages [3*]

TCM 17H00

De Brian De Palma (1989). Avec Sean Penn, Michael J. Fox.

De Palma contourne adroitement un point de vue général sur la guerre (ici, le Viêtnam) en partant d’une histoire particulière et cruelle: la séquestration, le viol et l’assassinat par cinq G.I. d’une jeune Vietnamienne. C’est tout le comportement humain, avec ses failles, ses lâchetés, mais aussi son courage (la rébellion de Michael J. Fox) qui ressort de cette analyse intime du groupe face à cette exaction. Et se dessine une autre guerre, métaphorique et intérieure, celle-là: comment revenir de cet enfer en paix avec soi-même. Edifiant.

Argo [3*]

BE 1 20H55

De Ben Affleck (2012). Avec Ben Affleck, Bryan Cranston.

1979, au plus fort de la révolution iranienne. Un spécialiste de la CIA monte un plan fou pour faire sortir du pays six ressortissants américains menacés de mort. Affleck, toujours plus à l’aise derrière la caméra, filme cette histoire adaptée d’un fait réel comme un thriller haletant, doublé d’une belle réflexion sur le cinéma.

Jumanji [2*]

AB3 20H30

De Joe Johnston (1996). Avec Robin Williams, Kirsten Dunst.

Lors d’une partie de jumanji, un jeu très ancien, Alan est propulsé dans un étrange pays. Vingt-six ans plus tard, il réintègre le monde réel grâce à deux nouveaux petits joueurs. Doté de formidables effets spéciaux, Jumanji joue à fond la carte du jeu en live, promenant la toute jeune Kirsten Dunst dans un monde fou, peuplé de singes, d’araignées et d’une maison au plancher mouvant au réalisme saisissant. Prêts pour une partie de folie?

Le souffle de la violence [2*]

TCM 20H40

De Rudolph Maté (1955). Avec Glenn Ford, Edward G. Robinson.

Gros propriétaire terrien, Wilkison cherche à chasser les éleveurs des alentours pour agrandir son terrain. Outre qu’il offre à l’amateur de western son lot de fusillades, d’action et de cascades spectaculaires, ce film violent comme son titre et filmé platement doit sa saveur particulière à ses personnages très fouillés. Et à ce jeu, c’est le duo Robinson/Stanwyck, d’une démentielle cupidité, qui remporte le morceau.

Sur le même sujet
Plus d'actualité