Les meilleurs films du 9 juillet

Chaque jour, un spécialiste du cinéma de Moustique sélectionne les films à voir et à revoir. Au programme de ce lundi, les bandes-annonces, critiques et étoiles de:

  • Wadja
  • Le coupable
  • Seul au monde
  • Marche à l'ombre

1140231

Wadjda [3*]

Be1 20h55 

De Haifaa Al-Mansour (2012). Avec Waad Mohammed, Reem Abdullah.

Au-delà du véritable tour de force que constitue le tournage d'un film par une femme et avec des femmes en Arabie saoudite, Wadjda offre un regard unique sur ce pays ultra-conservateur, tenaillé entre un dogme strict et le désir de modernité qui s'insinue inévitablement dans des esprits épris d'une plus grande souplesse. La petite Waad Mohammed, épatante en gamine déterminée, apporte toute son intensité à ce récit courageux.

 

 

Le coupable [3*]

CLUB RTL 22H15 

D'Anthony Waller (2000). Avec Bill Pullman, Gabrielle Anwar.

Thriller mésestimé, Le coupable développe pourtant une intrigue des plus machiavélique. Les protagonistes y ignorent tout de leurs motivations réciproques, pourtant intimement liées, et vont être entraînés dans un engrenage infernal. Bill Pullman, excellent en avocat arriviste et dénué de scrupules, se retrouve au centre de l’affaire, jusqu’au twist final aussi bref que délicieusement vachard.

 

Seul au monde [2*]

CLUB RTL 20H25 

De Robert Zemeckis (2000). Avec Tom Hanks, Helen Hunt.

Six ans après l’inoubliable Forrest Gump, Hanks et Zemeckis se retrouvent pour une histoire qui pouvait laisser craindre le naufrage. Ce récit contemporain à la Robinson Crusoé évite pourtant bien des écueils, en laissant de côté toute surdramatisation hollywoodienne et autres clichés du genre. Tom Hanks, quant à lui, se livre à une transformation physique saisissante, au fur et à mesure que l’isolement forcé de son personnage se poursuit.

 

 

Marche à l’ombre [2*]

FRANCE 4 20H45 

De Michel Blanc (1984). Avec Michel Blanc, Gérard Lanvin.

Pour sa première réalisation, Michel Blanc reprend le personnage emblématique qui a fait son succès: celui d'un gringalet aussi glandeur que râleur et hypocondriaque. Accompagné par son antithèse en la personne du beau brun baraqué Gérard Lanvin, il forme un duo aussi mal assorti qu'irrésistible, dont l'errance dans Paris est accompagnée par une B.O. composée par Renaud et le groupe Téléphone. Toute une époque! 

Sur le même sujet
Plus d'actualité