Les meilleurs films du 8 novembre 2013

Chaque jour, Moustique sélectionne les meilleurs films du jour et propose les bandes-annonces. Dans la sélection de ce vendredi:

  • L’Anglais qui gravit une colline et descendit une montagne
  • L’amour sans préavis  
  • La nuit des généraux
  • Un été magique

976139

L’Anglais qui gravit une colline et descendit une montagne [3*]

ARTE 13H35

1917. La fierté des habitants du petit village gallois de Ffynnon Garw, c’est leur montagne. Mais un jour, deux cartographes anglais débarquent et concluent qu’elle n’est qu’une vulgaire colline parce qu’elle n’a pas les mille pieds requis. Piqués au vif, les villageois retroussent leurs manches pour fabriquer les cinq mètres manquants. Profitant du charme timide de Hugh Grant, ce petit bonheur de comédie se plaît à montrer avec beaucoup d’humour que la solidarité permet de déplacer… des montagnes.

 

L’amour sans préavis [2*]

LA DEUX 20H25

De Marc Lawrence (2003). Avec Sandra Bullock, Hugh Grant.

Scénariste du navrant Miss FBI: divinement armée, Marc Lawrence prend la caméra en main et ça lui va plutôt bien. Son premier film en tant que réalisateur, produit par son actrice fétiche (Sandra Bullock, tout en charmante maladresse), a tout de la comédie romantique, certes un brin formatée, mais honorable. Bullock et Grant s’amusent. Et nous aussi.

La nuit des généraux [2*]

TCM 20H40

D’Anatole Litvak (1967). Avec Peter O’Toole, Omar Sharif.

Varsovie, 1942. Un officier allemand enquête sur le crime crapuleux d’une prostituée. Malgré ses entorses à l’Histoire, ce récit policier bénéficie de l’assurance du vieux routier Litvak, qui reconstitue par ailleurs l’époque avec une précision d’orfèvre. Pris dans l’étau de cette passionnante intrigue à tiroirs, on ne boude pas notre plaisir devant des acteurs dirigés à la perfection.

Un été magique [2*]

BE 1 22H35

De Rob Reiner (2012). Avec Morgan Freeman, Virginia Madsen.

L’histoire de cet écrivain alcoolo qui a perdu son inspiration et part se ressourcer dans un bled paumé pour retrouver le goût d’écrire n’est pas originale. Sauf qu’elle est filmée par Rob Reiner, grand conteur classique à qui l’on doit Stand By Me, superbe film sur l’adolescence. Reiner n’a plus la patte d’antan, mais mène avec une belle sensibilité cette histoire de seconde chance. Et Freeman, vibrant de sincérité, parachève ce joli tableau.

Sur le même sujet
Plus d'actualité