Les meilleurs films du 8 juin 2014

Chaque jour, un spécialiste cinéma de Moustique sélectionne les films à voir ou à revoir.

Au programme, bandes-annonces, critiques et étoiles.

Ce dimanche:

  • Un long dimanche de fiançailles
  • The ghost writer
  • Hors de prix
  • 4 étoiles

640950

Un long dimanche de fiançailles [3*]

Arte 20h45

De Jean-Pierre Jeunet (2004). Avec Audrey Tautou, Gaspard Ulliel.

Jeunet retrouve Audrey Tautou, après le magique Amélie Poulain, mais cette fois dans un registre plus grave. La quête insensée de l’héroïne, partie à la recherche de son fiancé disparu dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, témoigne d’un romantisme cher au réalisateur, ce dernier faisant preuve également d’un réalisme prenant lorsqu’il filme les scènes de combat. Une reconstitution d’époque soignée, doublée d’une belle histoire d’amour.  

The Ghost Writer [3*]

France 2 20h45

De Roman Polanski (2010). Avec Ewan McGregor, Pierce Brosnan.

Sorti alors que Polanski se trouvait en pleine tourmente judiciaire suite à une ancienne histoire de mœurs, The Ghost Writer voit justement un passé encombrant refaire surface dans la vie d'un ex-Premier ministre. Thriller politique délicieusement pervers, le film démontre la renaissance d'un cinéaste qui n'a pas son pareil pour mettre en images la paranoïa qui enveloppe ses personnages. Et fait planer sur son récit une atmosphère que Hitchock n'aurait pas reniée.

Hors de prix [2*]

France 4 20h45

De Pierre Salvadori (2006). Avec Audrey Tautou, Gad Elmaleh.

Pierre Salvadori, en grand amateur de comédies sociales, utilise comme point de départ un quiproquo amusant pour développer une histoire romantique piquante aux dialogues savoureux. Le pouvoir de l'argent s'y voit joyeusement brocardé à travers ses deux héros, reflets aussi cruels que drôles de l'arrivisme et de la précarité. Audrey Tautou et Gad Elmaleh forment ici un couple aussi craquant qu'improbable.

Quatre étoiles [2*]

France 4 22h20

De Christian Vincent (2005). Avec Isabelle Carré, José Garcia.

Christian Vincent, cinéaste discret mais de qualité, citait les films de Lubitsch comme source d'inspiration pour son septième long métrage. De fait, si Quatre étoiles n'en mérite pas autant dans notre cotation, il n'en contient pas moins quelques jolies trouvailles ainsi qu'une fantaisie et une légèreté réjouissantes. Et permet également de déambuler dans les couloirs du Carlton, un des palaces en vue du récent Festival de Cannes.

Sur le même sujet
Plus d'actualité