Les meilleurs films du 4 décembre 2013

Chaque jour, retrouvez le meilleur des films diffusés avec les bandes-annonces et la cote de chacun de ceux-ci. Aujourd'hui, Ripoux 3, les Douze travaux d'Astérix, le Capital et Anacondas. Bon moment télé!

991250

Ripoux 3 [2*]

France 4 20h45

De Claude Zidi (2003). Avec Philippe Noiret, Thierry Lhermitte.

Zidi rassemble François et René, les célèbres ripoux de Montmartre, après 10 ans sans se voir. Mais devant comme derrière la caméra, nos lascars ont blanchi sous le harnais, et leurs retrouvailles manquent de rythme. On se plaît toutefois à avoir des nouvelles de cette vieille canaille de René (Noiret, gouailleur), passant le flambeau à l’excellent Lorànt Deutsch en gamin gaffeur rêvant de devenir flic.

Les douze travaux d’Astérix [2*]

La Trois 13h30

De René Goscinny, Albert Uderzo (1976). Avec les voix de Pierre Tchernia, Roger Carel.

Ce dessin animé, qui n’est pas adapté d’un album, mais des personnages des aventures d’Astérix, n’en est pas moins drôle. Désirant ardemment se débarrasser des irréductibles Gaulois, César leur propose de se soumettre à douze épreuves adaptées des 12 travaux d’Hercule "passées de mode". Emaillée de nombreux anachronismes et de références (à Bardot, notamment, divine Vénus), cette animation a de quoi plaire aux petits comme aux grands.

Le capital [2*]

Be 1 20h55

De Costa-Gavras (2012). Avec Gad Elmaleh, Gabriel Byrne.

Le titre du film ne laisse planer aucun doute: ce n’est pas une ode au libéralisme à laquelle se livre l’artiste engagé Costa-Gavras dans ce portrait entre ascension et chute d’un valet de banque. Mais est-ce la faute d’un Elmaleh dont les efforts pour jouer un héros dramatique sont bien trop visibles? Toujours est-il que cette charge tête baissée contre le grand capital n’a pas la force d’autres œuvres politiques marquantes du cinéaste, comme Z ou L’aveu.

Anacondas: A la poursuite de l’orchidée de sang [1*]

Club RTL 20h25

De Dwight H. Little (2003). Avec Johnny Messner, Kadee Strickland.

Cinéaste tâcheron, Dwight H. Little s’est refait la main ces dernières années dans des séries télé comme Prison Break et 24 h chrono. Avec Anacondas… il signe un authentique nanar de science-fiction, ressortant de son formol l’anaconda version 97 à peine retouché numériquement. Un concentré de bêtise exotique serpentant entre l’hommage aux séries B d’aventures des années 50 et un festival de rires involontaires, mais francs.

Sur le même sujet
Plus d'actualité