Les meilleurs films du 30 septembre 2013

Notre sélection de films pour ce lundi et les bandes-annonces:

  • Valentine's Day
  • Le Samouraï
  • Les parents terribles
  • Bad Boys 2

950161

Le samouraï ARTE 20H50 [3*]

De Jean-Pierre Melville (1967). Avec Alain Delon, Cathy Rosier.

Entraîné presque volontairement dans un destin implacable, le personnage de tueur à gages interprété par un Delon absolument magistral, a tout du héros melvillien. Taciturne, solitaire, figé dans une inexpressivité absolue propre à glacer le sang, l’acteur colle parfaitement à l’épure quasi clinique de ce tout grand polar tragique. Un film qui sonne comme la rencontre évidente entre deux monstres magnifiques qui n’ont jamais été de leur époque. Fascinant!

Les parents terribles FRANCE 2 0H25 [2*]

De Jean Cocteau (1948). Avec Jean Marais, Gabrielle Dorziat.

La pièce, écrite en 1938, fit scandale pour sa vision immorale de la famille. Qu’à cela ne tienne, Cocteau la filme dix ans plus tard, avec les comédiens d’origine. Marais, qui a 15 ans de plus que son personnage, frise parfois le ridicule. Et Cocteau peine à faire oublier l’origine théâtrale du film. La réussite est pourtant là: cette farce cruelle aux allures de tragédie grecque tire un  portrait vraiment terrible – et assez moderne – de la parentalité.

Bad Boys 2 AB3 20H05 [2*]

De Michael Bay (2003). Avec Martin Lawrence, Will Smith.

Marcus et Mike enquêtent sur un juteux trafic d’ecstasy à Miami. Ça pète en permanence dans ce deuxième opus. Sur le bitume, dans l’explosion des moteurs lancés plein pot. Dans la tonne d’effets spéciaux balancés par des artificiers balourds. Et dans le scénario, qui crépite d’invraisemblances. Bref, ça fait mal au ciboulot, mais rayon action, il y en a à gogo!

Valentine’s Day LA UNE 22H15 [1*]

De Garry Marshall (2010). Avec Julia Roberts, Jessica Alba.

Marshall ne sait quasi faire que ça, mais il le fait généralement pas mal: filmer des comédies romantiques. La "Saint-V" pour lui n’a rien d'une beuverie d’étudiants, mais tout de l'élan des cœurs des couples qui voltigent devant sa caméra dans l’esprit du fondant Love Actually de Curtis. Si son Valentine’s Day est trop sucré, il peut compter sur sa muse Julia Roberts qui, d’un seul sourire, nous évite l’indigestion.

Sur le même sujet
Plus d'actualité