Les meilleurs films du 3 septembre 2014

Chaque jour, Moustique sélectionne les films à voir ou à revoir. Au programme de ce merdredi, les bandes-annonces et critiques:

  • There Will Be Blood
  • Holy Motors
  • Sur le chemin de l'école
  • Payback

1090734

There Will Be Blood [4*]

CLUB RTL 20H25

De Paul Thomas Anderson (2008). Avec Daniel Day-Lewis, Paul Dano.

Avec ce film immense comme Day-Lewis qui empocha son deuxième oscar d’interprétation (avant un 3e pour Lincoln) pour ce rôle d’un ambitieux chercheur d’or noir, P.T. Anderson s’attaque sans merci aux deux mamelles de l’Amérique: la religion et le pétrole. S’autorisant une extraordinaire scène d’ouverture quasi muette avant un bain de sang final digne de Kubrick, le réalisateur met en images l’un des films les plus forts et les plus dérangeants de ces vingt dernières années. Une histoire d’Amérique qui sent le soufre et la folie des hommes, un film monstre à ne pas rater.

Holy Motors [3*]

ARTE 20H50

De Leos Carax (2012). Avec Denis Lavant, Edith Scob.

Attention, film dingue! Et pourtant, cette aventure extrêmement originale suivant les pérégrinations d’un tueur hors du commun est une gigantesque proposition de cinéma, remettant en question l’avenir d’un 7e art quasiment moribond (d’après l’auteur), tout en lui offrant un hommage sublime. Carax renaît, et avec lui son alter ego, Denis Lavant, comédien ébouriffant, en parfaite osmose avec une monstrueuse mise en scène.

Sur le chemin de l’école [3*]

BE1 20H55

De Pascal Plisson(2013). Avec Zahira, Jackson, Samuel.  

Ils ont entre 11 et 13 ans, et pour eux, aller à l’école est une véritable galère. Comme Zahira qui doit escalader l’Atlas pour aller en classe. Ou Jackson qui doit traverser la savane. Pourtant ils ne manqueraient jamais une possibilité d’apprendre. Un beau documentaire qui ne donne pas la moindre leçon de morale. Mais qui rappelle, à chacune des épreuves de ces gosses, combien nous sommes parfois des enfants pourris gâtés.

Payback [2*]

LA DEUX 22H50

De Brian Helgeland (1999). Avec Mel Gibson, Gregg Henry.

Mel Gibson livre l’une de ses meilleures interprétations dans le rôle de ce gangster prêt à faire payer la monnaie de leur pièce à ceux qui l’ont doublé. Sec, (très) violent et ultra-maîtrisé, ce thriller original et réaliste réactualise avec efficacité le film noir des années 40.

Sur le même sujet
Plus d'actualité