Les meilleurs films du 3 novembre 2013

Notre sélection de films pour ce dimanche et les bandes-annonces:

  • Les misérables
  • Un singe en hiver
  • Dialogues avec mon jardinier
  • Le seigneur des anneaux: les deux tours

972781

Le seigneur des anneaux: les deux tours [3*]

FRANCE 4 20H45

De Peter Jackson (2002). Avec Elijah Wood, Viggo Mortensen.

Pour ce deuxième épisode adapté de la saga de Tolkien, Peter Jackson ajoute sa cerise synthétique sur le gâteau: Gollum. Cette pathétique créature extraordinairement expressive sous ses pixels apporte une dimension à la fois humaine et parfaitement surnaturelle à cette heroic fantasy qui vire de plus belle dans le clair-obscur. Et le film, à l’instar de l’anneau maléfique, continue de diffuser sur nous son ensorcelant pouvoir. Magique!

Les misérables [3*]

FRANCE 3 0H20

De Raymond Bernard (1933). Avec Harry Baur, Charles Vanel.

Le classique d’Hugo n’a jamais été aussi bien porté à l’écran. Entre fresque grandiose et mélodrame flamboyant, ce film en trois épisodes nécessita 22 mois de tournage. Résultat: de nombreux moments d’anthologie, soutenus par la musique d’Honegger. Le face-à-face Baur-Valjean/Vanel-Javert reste l’un des sommets du cinéma français.

 

Un singe en hiver [2*]

ARTE 20H45

D’Henri Verneuil (1962). Avec Jean Gabin, Jean-Paul Belmondo.

Un soir, le vieil Albert fait la connaissance de Gabriel, jeune publicitaire en dépit amoureux. S’ensuit la plus longue cuite du cinéma français. Et l’entente parfaite, pourtant pas courue d’avance vu leurs caractères respectifs, entre Gabin et Belmondo. De fait, la bonne humeur générale transparaît à l’écran et les dialogues alcoolisés d’Audiard ajoutent encore une grande rasade de rigolade à ce bon cru de Verneuil. On dit d'ailleurs que la soûlographie ne s’est pas arrêtée sur les plateaux…

Dialogue avec mon jardinier [1*]

FRANCE 2 20H45

De Jacques Becker (2007). Avec Daniel Auteuil, Jean-Pierre Darroussin.

Un peintre parisien coté s’installe à la campagne dans sa maison familiale. Il fait appel à un habitant d’un village voisin pour entretenir son terrain. Il sera le jardinier. Le retour à la France profonde de Becker, autrement plus inspiré dans l’intense Été meurtrier, sent paradoxalement un peu le renfermé, mais ses deux comédiens font jaillir quelques éclats de sensibilité dans ces dialogues gentillets entre un rat des villes et un rat des champs.

Sur le même sujet
Plus d'actualité