Les meilleurs films du 3 février 2014

Chaque jour, retrouvez le meilleur des films diffusés avec les bandes-annonces et la cote de chacun de ceux-ci. Aujourd'hui:

  • Trop belle pour toi
  • La Momie
  • Ne le dis à personne
  • Ultranova

1029354

Trop belle pour toi [3*]

Arte 20h50

De Bertrand Blier (1989). Avec Carole Bouquet, Josiane Balasko, Gérard Depardieu.

Blier pervertit le triangle amoureux par une idée lumineuse: Depardieu, marié avec la belle Carole Bouquet, prend pour maîtresse la ronde Balasko! Ce choix a priori contre nature débouche sur une bouleversante histoire d’amour. Un très beau film sur les vertiges de la passion amoureuse et musicale (Trop belle pour toi est une ode délicieuse à Schubert) incapables, malgré leurs attraits, de combler l’infinie solitude humaine.

La momie [2*]

Club RTL 20h25

De Stephen Sommers (1999). Avec Brendan Fraser, Rachel Weisz.

Cette Momie n’a pas la poésie de ses prédécesseurs. Elle a plutôt des allures de blockbuster calibré jeune public aux clichés gros comme la pyramide de Kheops. Mais ne soyons pas bégueule: les effets spéciaux sont ébouriffants, les retournements de situation ne manquent pas et son évident cousinage avec Indiana Jones lui donne un côté aventurier pas du tout détestable.

Ne le dis à personne [2*]

AB3 20h05

De Guillaume Canet (2006). Avec François Cluzet, André Dussollier.

Alors que sa femme a été tuée huit ans plus tôt, Alex croit la reconnaître dans un film envoyé anonymement par mail. Adaptant le polar de Harlan Coben, Canet vient piétiner sans complexe les plates-bandes du cinéma d’action américain: poursuites ahurissantes sur le périph, meurtres violents, chausse-trappes… C’est nerveux, spectaculaire, haletant et à ce point bien joué qu’on se fiche des invraisemblances jalonnant cette grande course à l’amour, à la mort.

Ultranova [2*]

TV5 Monde 21h00

De Bouli Lanners (2005). Avec Vincent Lecuyer, Hélène de Reymaeker.

Bouli s’est rappelé son sens pictural du peintre qu’il fut pour réaliser ce road movie surréaliste et désenchanté dans les campagnes wallonnes. Déroulant une intrigue minimaliste (un type et deux filles rêvent d’ailleurs), Lanners capte les visages comme les paysages dans son image bleutée en cinémascope, leur offrant à tous une étrangeté mélancolique et une gueule d’atmosphère qui suffisent à nous les rendre définitivement attachants.

Sur le même sujet
Plus d'actualité