Les meilleurs films du 3 août 2014

Chaque jour, Moustique sélectionne les films à voir ou à revoir. Au programme de ce dimanche,

  • Le goût des autres
  • Truman Show
  • Le cinquième élément
  • Le deuxième souffle

655169

Le goût des autres [3*]

ARTE 20H45

D'Agnès Jaoui (2000). Avec Jean-Pierre Bacri, Anne Alvaro.

Le tandem Jaoui-Bacri a connu un succès mérité pour avoir élaboré et interprété des récits de vies ordinaires avec une grande justesse de ton et un sens aigu de l'observation. Active depuis de nombreuses années à l'époque du Goût des autres, c'était pourtant la première fois qu'Agnès Jaoui passait également derrière la caméra. Avec un résultat toujours aussi convaincant et un cumul des tâches que la jeune femme mène superbement à bien.

 

The Truman Show [3*]

ARTE 23H55

De Peter Weir (1998). Avec Jim Carrey, Laura Linney.

Alors que les ravages de la téléréalité n'avaient pas encore déferlé sur les petits écrans, Peter Weir anticipait formidablement le phénomène avec cette fable brillante sur Big Brother. Le jeu exceptionnel de Jim Carrey, scandaleusement oublié cette année-là par l'Académie des Oscars, ajoute une dimension supplémentaire à cette brillante analyse des travers de la société de consommation. Qui n'a rien perdu de son actualité.

 

Le deuxième souffle [3*]

FRANCE 3 0H45

De Jean-Pierre Melville (1966). Avec Lino Ventura, Paul Meurisse.

Tout dans Le deuxième souffle présente les apparences d'un banal polar des années 60. Sauf qu'avec un Melville aux commandes, l'ambition est clairement d'aller au-delà: "En France, on a pris à tort l'habitude de considérer que le genre policier est un genre mineur, or je crois au contraire que c'est un genre majeur". Dont acte: le cinéaste met en place une implacable tragédie, avec la mort et la solitude en toile de fond, servie par le grand duo Meurisse-Ventura.

 

Le cinquième élément [2*]

FRANCE 2 20H45

De Luc Besson (1997). Avec Bruce Willis, Milla Jovovich.

Les productions Besson n'ont jamais fait dans la demi-mesure et ce n'est pas Le cinquième élément qui viendra démentir la chose. Doté de moyens considérables lui permettant de bénéficier de décors grandioses et d'une distribution prestigieuse, le film a conquis les uns et agacé les autres. Car si les références aux classiques du genre abondent, le scénario paraît réduit à une peau de chagrin. Pour autant, cet objet de S.F. contient un indéniable aspect fascinant.

Sur le même sujet
Plus d'actualité