Les meilleurs films du 29 juillet 2014

Chaque jour, un spécialiste cinéma de Moustique sélectionne les films à voir ou à revoir. Au programme de ce mardi, les bandes-annonces, critiques et étoiles de:

  • Madame Chambon
  • Tirez la langue, mademoiselle
  • Clueless
  • Les prisonniers du temps

1151819

Mademoiselle Chambon [3*]

FRANCE 2 22H35

De Stéphane Brizé (2008). Avec Vincent Lindon, Sandrine Kiberlain.

En bon peintre des sentiments, Stéphane Brizé rassemble dans un portrait subtil un homme et une femme que tout paraît pourtant séparer. Mais les sentiments étant ce qu'ils sont, ces deux êtres touchants vont se rapprocher au fil d'un récit d'une grande douceur, où les silences et les regards en disent bien davantage que les dialogues. Et avec ses interprètes d'une grande sobriété, Mademoiselle Chambon a tous les atouts pour séduire!

Tirez la langue, mademoiselle [2*]

BE1 20H55

D'Axelle Ropert (2013). Avec Cédric Kahn, Louise Bourgoin.

Pour Axelle Ropert, "les histoires de famille permettent de développer des récits très passionnels et très intenses". Dans le cas présent, deux frères médecins, plutôt vieux garçons, ont la mauvaise idée de tomber amoureux de la même femme. Si le thème du triangle amoureux est exploité régulièrement au grand écran, le film évite les écueils du déjà vu en apportant une touche de sensibilité ainsi qu'une grâce réelle à sa réalisation.

Clueless [1*]

AB3 20H05

D'Amy Heckerling (1995). Avec Alicia Silverstone, Stacey Dash.

Vous avez dit Beverly Hills 90210? S'il est vrai que cette comédie des 90's se déroule dans les milieux huppés de la localité immortalisée dans la série télé du même nom, le ton choisi ici est celui de l'ironie. En suivant les déboires d'une ado friquée dont la mère est décédée des suites d'une liposuccion, ce teen movie – qui a tout de même pris un coup de vieux – pointe du doigt la superficialité de certains milieux privilégiés.

Les prisonniers du temps [1*]

BE CINE 20H45

De Richard Donner (2003). Avec Paul Walker, Frances O’Connor.

Michael Crichton adapté par Richard Donner (L’arme fatale, La malédiction…), voilà qui promettait un bon moment de fantastique. Mais difficile de développer en deux heures un récit aussi touffu mêlant paradoxe temporel, voyage à travers les siècles et reconstitution de la vie au Moyen Age. Du coup, malgré quelques scènes épiques et de bons effets spéciaux, le message récurrent de Crichton – sur le mauvais usage de la science à des fins de profit – peine à être transmis efficacement.

Sur le même sujet
Plus d'actualité