Les meilleurs films du 29 août 2014

Chaque jour, Moustique sélectionne les films à voir ou à revoir. Au programme de ce vendredi, les bandes-annonces et critiques de:

  • Lolita
  • Bandits
  • 2 Guns
  • Insanitarium

1171877

Lolita [3*]

TCM 22H50

De Stanley Kubrick (1962). Avec James Mason, Sue Lyon.

Kubrick trahit le roman sulfureux de Nabokov et, fidèle à sa vision d’un monde monstrueux et décalé, fait du pédophile Guilty ("coupable"), personnage anecdotique dans le livre, un des trois abominables héros de l’histoire. Et tandis que se fissure la figure élégante du professeur Humbert obsédé par la juvénile Lolita jusqu’à la folie, c’est toute une société malade que le cinéaste épingle dans un grand éclat de rire sardonique. Fort!

Bandits [2*]

AB3 20H05

De Barry Levinson (2001). Avec Bruce Willis, Billy Bob Thornton.

Deux taulards évadés multiplient les cambriolages. Levinson privilégie le regard tendre sur ces deux pieds nickelés incarnés avec malice par Lewis et Thornton, plutôt que le gros gag qui tache. En résulte un étrange road movie au rythme à la fois cool et effréné. La comédie peut désarçonner, zigzaguant entre la caricature et la peinture réaliste de deux losers égoïstes et maladroits. Mais on se laisse porter par son rythme indolent et la folie douce de ces bandits qui craquent comme nous pour la délicieuse Cate Blanchett.

Insanitarium [1*]

PLUG RTL 20H35

De Jeff Buhler (2008). Avec Peter Stromare, Jesse Metcalfe.

Un jeune homme découvre qu’un médecin utilise ses patients comme cobayes. On pense à Reanimator avec cette atmosphère glauque d’hôpital plutôt mal famé. L’atout majeur du film? Peter Stromare, dont la prestation hallucinée de savant fou glace le sang autant qu’elle fait rire.

2 Guns [1*]

BE1 20H55

De Baltazar Kormakur (2013). Avec Mark Wahlberg, Denzel Washington.

Stig et Bobby sont deux flics infiltrés dans les mêmes cartels de trafiquants de drogue, mais ne se connaissent pas. L’argument du duo obligé d’opérer ensemble pour sauver sa peau n’est pas neuf. L’intérêt de ce thriller sans conséquence réside dans la décontraction (à la limite de la désinvolture) de la mise en scène, mais aussi dans son duo de comédiens qui s’amusent visiblement à perpétuer jusque dans ses pires excès la tradition américaine du buddy movie.

Sur le même sujet
Plus d'actualité