Les meilleurs films du 28 octobre 2013

Notre sélection de films pour ce soir et les bandes-annonces:

  • La Dolce Vita
  • La strada
  • Miami Vice
  • Téléphone public

970597

La dolce vita [4*]

ARTE 22H35

De Federico Fellini (1960). Avec Marcello Mastroianni, Anita Ekberg.

Fellini aborde ici un tournant dans sa carrière, qui deviendra davantage onirique et égotiste. Son but était de prendre "la température d'un monde malade. Mais si le mercure indique 40°C au début du film, il en indique également 40 à la fin. Rien n'a changé". Mastroianni est grandiose en chroniqueur mondain en pleine errance au milieu des frivolités du monde qui l'entoure, tandis qu'Anita Ekberg rend la fontaine de Trevi à tout jamais inoubliable.

La strada [3*]

ARTE 20H50

De Federico Fellini (1954). Avec Giulietta Masina, Anthony Quinn.

C'est un des tout premiers films de Fellini, mais il démontre déjà la maîtrise totale du cinéaste, par le biais d'un récit qui n'a rien perdu de sa magie. Sans doute parce qu'il est universel, à l'instar du destin des deux personnages principaux. Lesquels se voient superbement incarnés par Anthony Quinn et la propre épouse du cinéaste, l'excellente Giulietta Masina. Une superbe fable intimiste et sobre.

Miami Vice, deux flics à Miami [2*]

AB3 20H05

De Michael Mann (2006). Avec Colin Farrell, Jamie Foxx.

Sonny Crockett et son compère Tubbs formèrent un duo mythique dans la série télé des années 80. Michael Mann, déjà producteur de leurs aventures au petit écran, leur permet de reprendre du service. Toujours visuellement soignée, cette nouvelle mouture bénéficie d'une action musclée, même si celle-ci prend son temps pour démarrer. Les héros, quant à eux, n'ont plus la désinvolture savoureuse qu'affichaient jadis Don Johnson et Philip Michael Thomas.

Téléphone public [2*]

FRANCE 2 0H45

De Jean-Marie Périer (1980).

On aurait pu croire que quelque chose en eux ne tournait pas rond, mais le groupe Téléphone avait au contraire la tête sur les épaules pour mettre le public rock francophone à ses pieds. Jean-Marie Périer les a suivis au début de leur gloire, lors d'un concert au Palais des Sports de Paris, dans un docu entrecoupé d'interviews qui, avec le recul, démontrent tout le potentiel que détenaient ces jeunes qui allaient faire vibrer nos oreilles jusqu'en 1986.

Sur le même sujet
Plus d'actualité