Les meilleurs films du 28 juillet 2014

Chaque jour, un spécialiste cinéma de Moustique sélectionne les films à voir ou à revoir. Ce lundi, les bandes-annonces, critiques et étoiles de:

  • Borsalino
  • Oh My God!
  • Riens du tout
  • Shoot'em up, que la partie commence  

1151075

Borsalino [3*]

FRANCE 3 20H45

De Jacques Deray (1970). Avec Jean-Paul Belmondo, Alain Delon.

Pas simple de réunir deux des plus grandes stars françaises de l'époque, surtout quand elles ne manquent pas d'ego! Parce que le nom de Delon apparaissait deux fois sur l'affiche (comme acteur et producteur), Belmondo n'assista pas à la première de gala. Qu'importe: ce grand succès populaire, inspiré des "exploits" de deux vrais truands marseillais, contient un mélange réussi d'action et de fantaisie porté par un duo en grande forme.

Oh My God! [2*]

ARTE 20H50

De Tanya Wexler (2011). Avec Maggie Gyllenhaal, Hugh Dancy.

Aborder l’invention du vibromasseur en pleine Angleterre victorienne? "Oh My God!", voilà qui augure d’une comédie très en dessous de la ceinture. Divine surprise, le récit se révèle bien plus subtil en proposant un regard éclairant sur la condition de la femme à l’époque, tout en enveloppant le récit dans un délicieux humour british. Hugh Dancy et Maggie Gyllenhaal – la sœur de Jake – composent un duo des plus attachant.

 

Riens du tout [2*]

TV5MONDE 21H00

De Cédric Klapisch (1992). Avec Fabrice Luchini, Pierre-Olivier Mornas.

A l’heure où le secteur de la grande distribution connaît de sérieux remous chez nous, le Riens du tout de Klapisch vient rappeler que le phénomène n’est pas neuf. Cette comédie sociale brocarde avec bonheur le monde du travail, tout en décortiquant avec une réelle finesse les mécanismes qui agitent la pyramide hiérarchique d’une entreprise, depuis le sommet jusqu’au bas de l’échelle. Et décoche en passant une flèche savoureuse à la technocratie et ses excès.

Shoot'em up, que la partie commence [2*]

FRANCE 2 1H00

De Michael Davis (2007). Avec Clive Owen, Monica Bellucci.

Accrochez-vous à votre fauteuil: pas de temps mort prévu dans cette partie qui va commencer très vite sur un rythme trépidant et qui perdurera jusqu'à sa conclusion! Alors que ce genre de production s'avère généralement consternant par sa violence gratuite, Michael Davis parvient à mitonner un film d'action survitaminé qui assume pleinement son ton très politiquement incorrect. Du second degré jouissif!

Sur le même sujet
Plus d'actualité