Les meilleurs films du 28 janvier 2014

Chaque jour, retrouvez le meilleur des films diffusés avec les bandes-annonces et la cote de chacun de ceux-ci. Aujourd'hui:

  • Les Oiseaux
  • La Religieuse
  • Les 4 Charlots Mousquetaires
  • Shame

142649

La religieuse [3*]

BE1 20H55

De Guillaume Nicloux (2013). Avec Pauline Etienne, Isabelle Huppert.

18e siècle. Contrainte par sa famille de rentrer dans les ordres, Suzanne n’aspire qu’à découvrir le monde. Nicloux mêle avec une maestria remarquable l’austérité du sujet qu’il filme (dont il rend par la mise en scène une sensation physique du froid et de l’enfermement) et la vigueur innocente de cette jeune femme (splendide Pauline Etienne) éprise jusqu’à se brûler du désir de liberté. L’une des adaptations les plus accessibles et les plus incarnées de l’œuvre de Diderot.

Les oiseaux [3*]

TCM 20H40

D’Alfred Hitchcock (1963). Avec Tippi Hedren, Rod Taylor.

Avec cette fantastique incursion dans le surnaturel, Hitchcock fait des oiseaux, a priori pacifiques, d’étranges camarades de la mort. On ne sait pas réellement pourquoi ces volatiles sont pris d’une soudaine folie meurtrière. Ce qui compte pour Hitch, c’est la terreur qu’ils provoquent. Et en grand amateur de psychanalyse, les multiples interprétations  que peuvent susciter ces assauts de volatiles (Jugement dernier, hargne du groupe, symbolique sexuelle…). Mission accomplie, d’autant que certaines images – l’attaque de Tippi Hedren dans le grenier –  restent à jamais gravées dans nos yeux.

Shame [2*]

LA TROIS 21H05

De Steve McQueen (2011). Avec Michael Fassbender, Carey Mulligan.

Cette honte progressive d’un accro du sexe pensant remplir le vide de son existence par la baise a été surévaluée à sa sortie. Il n’empêche, l’interprétation sur le fil du formidable Fassbender en mâle fébrile moderne et la mise en scène choc et glaçante de McQueen prennent littéralement aux tripes.

Les quatre Charlots mousquetaires [1*]

CLUB RTL 20H25

D’André Hunnebelle (1974). Avec Les Charlots, Bernard Haller.

Bonne idée de ce pastiche de Dumas: attribuer aux valets des mousquetaires les exploits de leurs célèbres maîtres. Mais d’abord amusante, la parodie tourne vite à la grosse farce. Heureusement, pour veiller à l’effet rigolard, il y a le trop rare Bernard Haller, vraiment jubilatoire dans les rôles antagonistes de Richelieu et Buckingham.

Sur le même sujet
Plus d'actualité