Les meilleurs films du 25 juillet 2015

Chaque jour, un spécialiste cinéma de Moustique sélectionne les films à voir et à revoir. Au programme de ce vendredi, les bandes-annonces, critiques et étoiles de:

  • Le Dictateur
  • Jardin de pierres
  • Byzantium
  • Le vagabond des mers

663557

Le dictateur [4*]

TCM 18H05

De Charlie Chaplin (1940). Avec Charlie Chaplin, Jack Oakie.

Réalisé à l’aube de la Seconde Guerre mondiale, Le dictateur ne se résume pas à sa caricature à la fois drôle et inquiétante du régime nazi. Ni à la poésie vibrante de cette parodie. Il fallait pour Chaplin opposer au nazisme une puissance mythologique comparable: dans ce monument du 7e art, il amène Hitler avec un culot incroyable sur son terrain, celui du spectacle, où il lui donne une leçon magistrale.

Jardins de pierre [3*]

TCM 20H40

De Francis Ford Coppola (1987). Avec James Caan, Anjelica Huston.

Loin de la folie d’Apocalypse Now, Coppola signe un film atypique sur le Viêtnam, insistant non pas sur les faits d’armes, mais bien sur la perception de la guerre par des soldats américains en station près d’un cimetière. Un récit pétri d’humanité que viennent adoucir le charme d’Anjelica Huston et le regard ridé d’un étonnant James Caan.

Le vagabond des mers [2*]

ARTE 13H45

De William Keighley (1953). Avec Errol Flynn, Anthony Steel.

Mettant en scène un rebelle irlandais qui devient pirate dans les Caraïbes bien avant un certain Johnny Depp, Keighley permet au toujours athlétique Errol Flynn de retrouver la fougue de ses grandes épopées du début des années 40 filmées par Curtiz (L’aigle des mers). Cette adaptation pleine de panache de Stevenson multiplie les péripéties et les splendides prises de vues de l’Ecosse et des Cornouailles.

Byzantium [1*]

BE1 20H55

De Neil Jordan (2012). Avec Saoirse Ronan, Gemma Arterton.

Réalisateur du troublant La compagnie des loups, Jordan semblait être la personne idéale pour donner un coup de sang neuf aux vampires de cinéma passablement javellisés par la saga Twilight. Cette relecture moderne et originale racontant la traque d’une mère et de sa fille vampires sur plusieurs siècles n’est pas loin de créer la surprise. D’autant que Saoirse Ronan est à croquer. Dommage que le cinéaste s’intéresse davantage aux courbes de la belle et fade Arterton plutôt qu’à son incroyable décor baroque (le fameux hôtel Byzantium).

Sur le même sujet
Plus d'actualité