Les meilleurs films du 25 décembre 2013

Sélection de films "spéciale Noël". Féérie, repos en famille et films sous la couette. On a sélectionné pour vous Max la Menace, Shrek, Pirate des Caraïbes et la légende de Zorro. Joyeux Noël devant le petit écran!

1005956

Pirates des Caraïbes, la malédiction du Black Pearl [3*]

TF1 16H25

De Gore Verbinski (2002). Avec Johnny Depp, Keira Knightley.

Fait rare au cinéma: l’histoire de Pirates des Caraïbes est directement inspirée d’une attraction vedette de Disneyland mettant en scène des flibustiers rigolards et leurs butins rutilants. La greffe a bien pris, Verbinski signant un incroyable récit de pirates fantômes, aux effets visuels impressionnants, emmené par un Depp en toute grande forme.

Shrek [3*]

FRANCE 2 17H50

D’Andrew Adamson, Vicky Jenson (2001). Avec les voix d’Alain Chabat, Barbara Tissier.

Un gros personnage, mal embouché, sans manières et habitant un marais pas franchement frais a-t-il la moindre chance de remporter la timbale à Hollywood? La réponse est sans hésiter "oui", avec ce conte de fées totalement décalé qu’on ne présente plus. Shrek, l’ogre vert, allait sonner le glas des princes charmants ridicules en cette année 2001, emportant avec lui les faveurs de la princesse et les rires des spectateurs conquis.

La légende de Zorro [2*]

TF1 13H55

De Martin Campbell (2005). Avec Antonio Banderas, Catherine Zeta-Jones.

Marié et père de famille, Don Alejandro de la Vega ressort le masque de Zorro pour la bonne cause. Ça n’a pas l’heur de plaire à sa belle Elena qui demande le divorce. Remplaçant les idées par de la nitroglycérine et quelques scènes spectaculaires, cette suite du Masque de Zorro se traîne un peu. Mais Zeta-Jones, dans sa fougue à batailler dans son couple et contre ses adversaires, les obscurs chevaliers d’Aragon, vaut vraiment le détour.

Max la menace [2*]

La Deux 16h30

De Peter Segal (2008). Avec Steve Carell, Anne Hathaway.

Segal ne taille pas tout à fait le costard du parfait niais de la série éponyme à l’excellent Steve Carell. Car un super-héros sommeille dans ce Max la menace revu et corrigé pour le grand écran. Au placard, donc, la poésie et la délicieuse immaturité de la série. Mais le film mêle avec un certain brio de tout bons numéros burlesques avec des scènes spectaculaires dignes de films d’espionnage classiques. Carell, comme d’habitude, épate par son tempo comique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité