Les meilleurs films du 24 septembre 2013

Notre sélection de films pour ce mardi et les bandes-annonces:

  • Le trou normand
  • Recherche Susan désespérément
  • Secret Defense
  • Panic Room

947175

Le trou normand CLUB RTL 20H25 [2*]

De Jean Boyer (1952). Avec Bourvil, Brigitte Bardot.
"Polytechnique? Où qu'c'est-y, ce patelin-là?" Bourvil joue à merveille le grand benêt de service qui se fait mener par le bout du nez par la jeune et jolie Brigitte Bardot, ici dans son tout premier rôle. Mais le plus bête ne sera pas forcément celui qu'on pense dans cette charmante comédie qui fleure bon la douce France d'autrefois. Et où l'acteur, entouré de fameux seconds rôles de l'époque, y pousse la chansonnette pour rajouter à la bonne humeur de l'ensemble.

Recherche Susan désespérément PLUG RTL 20H40 [2*]

De Susan Seidelman (1985). Avec Rosanna Arquette, Madonna.
Retour en plein cœur des années 80 avec cette comédie qui permit à Madonna de se révéler au cinéma, même si elle ne confirma jamais pleinement le potentiel perçu ici dans la suite de sa filmographie. Si Rosanna Arquette lui vole tout de même logiquement la vedette et que le film n'est plus tout jeune, quelques-uns des tubes planétaires de la Queen of Pop, dont le fameux Into The Groove, viennent rythmer l'intrigue.

Secret défense LA UNE 22H00 [2*]

De Philippe Haïm (2008). Avec Gérard Lanvin, Vahina Giocante.
Le réalisateur s'est entouré pour écrire son scénario de nombreux conseillers techniques – issus des services secrets et des renseignements militaires – et ça se voit: d'une belle rigueur dans son traitement, Secret défense met particulièrement bien en exergue le parallélisme existant entre ces deux univers de l'ombre que sont les mouvements terroristes et les services de renseignements. Un film d'espionnage énergique et haletant.

Panic Room RTL-TVI 22H25 [2*]

De David Fincher (2002). Avec Jodie Foster, Kristen Stewart.
Claustrophobes s'abstenir: s'il y a pire comme soirée que de se retrouver enfermé avec Jodie Foster, Fincher concocte un huis clos angoissant à souhait, d'autant plus flippant qu'il se déroule dans une maison, lieu par excellence où tout un chacun est censé se sentir en sécurité. Le cinéaste, ici un brin plus conventionnel qu'à l'accoutumée, témoigne de sa virtuosité habituelle dans les mouvements de caméra.

Sur le même sujet
Plus d'actualité