Les meilleurs films du 23 juin 2014

Chaque jour, un spécialiste du cinéma de Moustique sélectionne les films à voir et à revoir. Au programme de ce lundi, les bandes-annonces, critiques et étoiles de:

  • Le terminal
  • A l’Ouest, rien de nouveau
  • Le trou
  • Les fragments d’Antonin

1127299

Le terminal [3*]

Club Rtl 20h25

De Steven Spielberg (2004). Avec Tom Hanks, Catherine Zeta-Jones.

Inspiré de l'histoire aussi incroyable que bien réelle d'un réfugié iranien coincé pendant plus de dix ans à l'aéroport de Roissy, Le terminal s'inscrit également dans le contexte ultrasécuritaire de l'après-11 septembre. Spielberg interpelle avec humour cette Amérique parano, dans une comédie humaniste qui, sans jamais s'enfermer dans son huis clos, décolle vers une réflexion subtile en posant quelques questions embarrassantes.

 

A l’Ouest, rien de nouveau [3*]

Arte 20h50

De Lewis Milestone (1930). Avec Lew Ayres, Louis Wolheim.

Tout comme Kubrick en fera plus tard l'expérience avec Les sentiers de la gloire, traiter du premier conflit mondial sous un angle antimilitariste n'était pas du goût de tout le monde. Le film de Milestone sera donc longtemps mutilé et tronqué pour en camoufler les descriptions les plus réalistes des horreurs et du non-sens de la guerre. Sa version intégrale permettra ce soir d'apprécier la puissance du plaidoyer pacifiste qu'il délivre.

 

Le trou [3*]

Tv5 21h00

De Jacques Becker (1960). Avec Marc Michel, Michel Constantin.

Jacques Becker n'aura pas pu voir la sortie en salles de son dernier film. Décédé un mois plus tôt, le réalisateur quitte sa caméra sur un travail remarquable adapté du roman de José Giovanni. L'univers carcéral, dépeint ici avec minutie et sans fioritures, joue à fond sur les sonorités pour compenser l'absence d'accompagnement musical et rendre plus intense encore la quête obsessionnelle de cinq détenus tentant de s'évader.

 

Les fragments d’Antonin [2*]

Arte 23h35

De Gabriel Le Bomin (2005). Avec Grégori Derangère, Anouk Grinberg.

L'excellent La chambre des officiers, de François Dupeyron, évoquait déjà le douloureux combat des mutilés de guerre pour retrouver une vie quotidienne décente. Avec Les fragments d'Antonin, ce sont les blessures intérieures qui sont décortiquées, ainsi que les balbutiements du traitement des chocs traumatiques. Avec un regard clinique mais non dépourvu d'une juste dose d'émotion, Gabriel Le Bomin livre un premier film fort et poignant.

Sur le même sujet
Plus d'actualité