Les meilleurs films du 22 mai 2014

Chaque jour, un spécialiste cinéma de Moustique sélectionne les films à voir ou à revoir. Au programme, bandes-annonces, étoiles et critiques.

Ce jeudi:

  • A perdre la raison
  • Quand j'étais chanteur
  • La piel que habito
  • Le jardin du diable

1106918

A perdre la raison [3*]

LA TROIS 21H15

De Joachim Lafosse (2012). Avec Emilie Dequenne, Tahar Rahim.

On a reproché à tort à Lafosse de se servir d’un fait divers secouant (l’assassinat par Geneviève Lhermitte de ses cinq enfants) pour "faire du cinéma". Mais son film raconte avant tout l’interrogation d’un homme, d’un auteur, face à un dérèglement humain. Et s’attache à montrer, avec le plus de justesse et de tendresse possible, comment une famille peut glisser inexorablement dans le mur. Emilie Dequenne, dans le rôle difficile de la mère infanticide, est éblouissante.

Le jardin du diable [3*]

CLUB RTL 22H25

De Henry Hathaway (1954). Avec Gary Cooper, Richard Widmark.

Trois aventuriers escortent une Américaine à travers des plaines infestées d’Indiens pour sauver son mari bloqué dans une mine. Hathaway livre un étonnant premier western en CinémaScope. Plus proche du film d’aventures avec ses forêts luxuriantes et ses palmiers que du Monument Valley de Ford, ce périple dur à la psychologie fouillée flirte même avec le fantastique, notamment dans ce plan superbe en plongée d’ombres menaçantes fondant sur le petit groupe dans la poursuite finale. 

La piel que habito [3*]

ARTE 22H50

De Pedro Almodovar (2011). Avec Antonio Banderas, Elena Anaya.

Avec ce film barré où un chirurgien tente de recréer une peau transgénique pour sa femme brûlée dans un accident, Almodovar convoque le cinéma voyeur de Hitchcock et le fantastique inquiétant du Franju des Yeux sans visage. Pour un film de genre tout à la fois déroutant, énigmatique et diablement séduisant.

Quand j’étais chanteur [2*]

FRANCE 3 23H50

De Xavier Gianolli (2006). Avec Gérard Depardieu, Cécile de France.

Le film agit comme ces chansons populaires au charme évident, à peine usées par la patine du temps. Pourtant, Alain, chanteur de bal, carcasse épaisse à la mèche tombante (excellent Depardieu), se sent fatigué. Sa rencontre avec une jeune femme agent immobilier va refaire battre son cœur. Loin du ton sarcastique d’un Podium, Gianolli cisèle avec tendresse le refrain de cette très jolie bluette dédiée aux petits et aux sans-grade.

Sur le même sujet
Plus d'actualité