Les meilleurs films du 22 juin 2014

Chaque jour, un spécialiste du cinéma de Moustique sélectionne les films à voir et à revoir. Au programme de ce lundi, les bandes-annonces, critiques et étoiles de:

  • Terminator 2, le jugement dernier
  • La fièvre du samedi soir
  • Tellement proches
  • Quartet

1125461

Terminator 2, le jugement dernier [3*]

France 4 20h45

De James Cameron (1991). Avec Arnold Schwarzenegger, Robert Patrick.

Une suite peut-elle surpasser l’original? Techniquement parfait, Terminator 2 en est la preuve, avec son action trépidante qui tient en haleine d'un bout à l'autre. Désormais sympa pour ne pas casser l’image de la star qu’il est devenu depuis le premier Terminator, Schwarzie affronte le redoutable T-1000, incarné par le terrifiant Robert Patrick, non sans quelques notes d’humour et de paradoxes temporels fort bien ficelés.

 

La fièvre du samedi soir [3*]

Arte 20h45

De John Badham (1977). Avec John Travolta, Karen Lynn Gorney.

C'est dimanche, mais Arte prolonge les sorties du samedi avec ce film culte des années disco et la B.O. mythique des Bee Gees qui l'accompagne. On est toutefois loin de l'ambiance délirante de Grease qui sortira l'année suivante: John Travolta est déjà sur la piste de danse, mais son personnage symbolise la jeunesse défavorisée de Brooklyn. Une interprétation magistrale de l'acteur qui le révélera auprès du public.

 

Tellement proches [2*]

France 2 20h50

D’Eric Toledano et Olivier Nakache (2009). Avec Vincent Elbaz, Isabelle Carré.

Ah, les plaisirs des repas de famille hebdomadaires! Ce portrait de groupe concocté par le duo Nakache-Toledano ne va évidemment pas se dérouler comme un long fleuve tranquille, au fur et à mesure que le dîner gagne en causticité et qu'un couple s'y déchire peu à peu face à la belle-famille. Avec une bonne ration de dialogues piquants au menu et malgré quelques baisses de rythme, ce Tellement proches se laisse volontiers consommer.

 

Quartet [2*]

Be1 20h55

De Dustin Hoffman (2012). Avec Maggie Smith, Tom Courtenay.

La carrière de réalisateur de Dustin Hoffman aurait dû commencer avec Le récidiviste en 1978, mais l'acteur, perfectionniste en diable, estima la tâche trop ardue et céda le témoin. Trente-quatre ans plus tard, le voilà enfin derrière la caméra pour une comédie élégante teintée de traits d'esprit très british. Mais dommage que Hoffman enferme peu à peu ses personnages dans des situations à l'humour vieillot et un gros manque de rythme, là où on espérait de sa part bien plus d'audace.

Sur le même sujet
Plus d'actualité