Les meilleurs films du 22 juillet 2014

Chaque, un spécialiste cinéma de Moustique sélectionne les films à voir ou à revoir. Au programme de ce mardi, les bandes-annonces, critiques et étoiles de:

  • In & Out
  • Les Maldives: le combat d'un président
  • Les promesses de l'ombre
  • Fusion

1147875

In & out [3*]

ARTE 13H40

De Frank Oz (1997). Avec Kevin Kline, Joan Cusack.

Un acteur dédie son oscar à son ex-prof de littérature, gay, alors que ce dernier s’apprête enfin à convoler en justes noces. Contournant astucieusement la question de la sortie de placard, Oz réalise une comédie tordante sur les apparences d’où ressort gagnante l’épatante Joan Cusack, désespérée de ne trouver que des homos dans son entourage!

Les Maldives: Le combat d’un président [3*]

ARTE 23H20

De Jon Shenk (2011). Avec Mohamed Nasheed.

Pour éviter le docu écologique gnangnan, Shenk pointe sa caméra sur un homme hors du commun: le président Nasheed, premier chef d’Etat démocrate des Maldives, qui a misé tout son combat politique dans la sauvegarde de ce fabuleux écrin de beauté. Aux confins du portrait intime (Nasheed a connu la prison, les tortures et l’exil) et de la carte postale brillante façon National Geographic, le cinéaste retrace avec l’intensité de la B.O. de Radiohead ce combat épique et presque désespéré.

 

Les promesses de l’ombre [2*]

FRANCE 2 22H35

De David Cronenberg (2007). Avec Viggo Mortensen, Naomi Watts.

Homme des basses besognes d’un parrain russe à Londres, Nicolaï voit sa loyauté au clan mise à rude épreuve quand il rencontre une infirmière en butte à son patron. C’est qu’elle est du genre tenace, la belle Anna, et qu’elle n’entend pas laisser impuni le crime d’une gamine morte en couches dont elle possède le carnet intime. Un thriller tendu comme une lame de couteau, à l’image de cette éprouvante scène de hammam où Mortensen, nu comme un ver, affronte deux Tchétchènes déterminés à lui faire la peau!

Fusion [1*]

AB3 20H05

De Jon Amiel (2003). Avec Aaron Eckhart, Hilary Swank.

Loin de la poésie et de l’imaginaire du Voyage au centre de la terre de Verne, Fusion compte sur son avalanche d’effets spéciaux pour faire passer le temps. Ne soyons pas bégueule: Amiel reste un habile faiseur et cet anti-Armaggedon (le danger vient de la terre et non de l’espace) joué par de solides acteurs remplit son cahier des charges de film catastrophe.

Sur le même sujet
Plus d'actualité