Les meilleurs films du 22 février 2014

Chaque jour, retrouvez le meilleur des films diffusés avec les bandes-annonces et la cote de chacun de ceux-ci. Aujourd'hui:

  • Le bossu de Notre-Dame
  • Oblivion
  • L’inconnu du 3e étage
  • Le fantôme du Bengale

834861

Le bossu de Notre-Dame

AB3 20H30 [3*]

De Gary Trousdale et Kirk Wise (1996).

Après avoir été aux commandes de La Belle et la Bête, le duo Wise-Trousdale reprend la palette graphique pour adapter à sa manière le célèbre récit de Victor Hugo. Les studios Disney y ont mis le paquet et le résultat est payant: le Paris médiéval est superbement reconstitué dans ce vrai bijou d'animation aux personnages typés et au rythme soutenu. L'ajout d'une bonne dose d'humour et d'émotion en fait un succès complet.

 

Oblivion

BE1 20H55 [2*]

De Joseph Kosinski (2013). Avec Tom Cruise, Olga Kurylenko.

On n'est jamais mieux servi que par soi-même. C'est ce qu'a pensé Joseph Kosinski en adaptant son propre roman graphique et en confiant le rôle principal à Tom Cruise. De fait, le réalisateur fait preuve d'un sens de l'image irréprochable, renforcé par des effets spéciaux impressionnants. Mais pourquoi diable torpiller son récit à mi-parcours en révélant de manière fort frustrante un élément-clé de l'histoire? Le film en perd dès lors une bonne partie de sa saveur.

 

L’inconnu du 3e étage

TCM 23H50 [2*]

De Boris Ingster (1940). Avec John McGuire, Peter Lorre.

Certains spécialistes considèrent L'inconnu du 3eétage comme le premier film noir. Exacte ou pas, l'assertion importe peu. Ce n'est en tout cas pas un sommet du genre, d'autant que l'intrigue s'avère rapidement très secondaire. Par contre, c'est dans l'analyse des personnages que réside l'intérêt majeur: tous ambigus, de l'innocent injustement condamné au possible coupable magistralement interprété par un grandiose Peter Lorre.

 

Le fantôme du Bengale

AB3 21H55 [1*]

De Simon Wincer (1996). Avec Catherine Zeta-Jones, Billy Zane.

N’est pas Indiana Jones qui veut. Le fantôme du Bengale dégage en effet une furieuse sensation de déjà vu, avec sa séquence d'ouverture qui fait inévitablement penser au fameux héros de Spielberg. Sauf que ce n'est pas Harrison Ford qui débarque, mais un Billy Zane pour le moins déconcertant dans sa tenue mauve moulante. Les beaux décors et la charmante Catherine Zeta-Jones en début de carrière viennent toutefois à la rescousse pour soutenir ce Fantôme un peu pâlot.

Sur le même sujet
Plus d'actualité