Les meilleurs films du 22 avril 2014

Chaque jour, un spécialiste cinéma de Moustique sélectionne les films à voir ou à revoir. Ce mardi, (re)découvrez avec la critique, les étoiles et la bande-annonce:

  • Orange Mécanique
  • The sessions
  • Salton Sea
  • Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ

 

Bon moment télé

142657

Orange mécanique [3*]

TCM 20h40

De Stanley Kubrick (1971). Avec Malcolm McDowell, Patrick Magee.

Christiane, la veuve de Kubrick, expliquait que "le film a été vilipendé à sa sortie en Angleterre et nous valut des lettres d’injures et des menaces de mort". Pourtant, sa vision de la société futuriste qu’il dépeint, dominée par une violence endémique, est prophétique. Les choix esthétiques et la réalisation millimétrée font de cette allégorie une pièce maîtresse de l’œuvre du cinéaste britannique.

 

The sessions [3*]

Be1 20h55

De Ben Lewin (2012). Avec John Hawkes, Helen Hunt.

Avec un sujet difficile – la sexualité des handicapés -, Ben Lewin compose un drame superbe, magnifié par la composition exceptionnelle de John Hawkes. Malgré la crudité de nombreuses scènes – Helen Hunt déambule nue une bonne partie du film -, le scénario ne tombe jamais en dessous de la ceinture, pas plus qu'il ne verse dans le pathos. Un tour de force et une leçon de vie qui rendent The Sessions d'autant plus intense et émouvant.

Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ [2*]

La Une 10h10

De Jean Yanne (1982). Avec Jean Yanne, Michel Serrault.

Vingt ans avant ce voyage dans le temps pour le moins iconoclaste, Jean Yanne nous gratifiait déjà d'un sketch désopilant sur les embarras de circulation dans la Rome antique. Avec un gros budget en poche, le voilà donc aux commandes d'un péplum pour le moins original où les gags anachroniques abondent pour mieux écorner la société du début des années 80. Ce n'est pas toujours du meilleur goût, mais on se marre bien du côté de chez Jules César!

Salton Sea [2*]

La Deux 20h25

De D.J. Caruso (2002). Avec Val Kilmer, Vincent D’Onofrio.

Habitué jusque-là aux rôles plutôt musclés, Val Kilmer surprenait positivement dans la peau d'un antihéros traînant un lourd secret derrière lui. Avec tous les ingrédients d'un bon film noir, Salton Sea se déroule dans un univers impersonnel et déshumanisé où les fauses pistes se multiplient, tandis que le personnage principal poursuit une quête éperdue, celle d'une revanche sur le passé. Ambiance glauque et désespérée garantie!

Sur le même sujet
Plus d'actualité