Les meilleurs films du 21 septembre 2013

Les films de ce samedi et les trailers:

  • Ted
  • Désirs humains
  • Le violent
  • 102 Dalmatiens

945205

Ted BE 1 20H55 [3*]

De Seth MacFarlane (2012). Avec Mark Wahlberg, Mila Kunis.
Si même les ours en peluche se mettent à perdre leurs bonnes manières, où va le monde? C'est que Ted, malgré sa bonne bouille, n'est pas franchement bien élevé… Jouant à fond sur l'humanisation de ce jouet doté de la pensée, cette comédie irrévérencieuse réussit le pari, entre deux scènes tordantes, de rendre quasiment crédibles les rapports entre les personnages. En y rajoutant une petite touche d'émotion qui complète cet excellent divertissement.

Désirs humains TCM 23H35 [3*]

De Fritz Lang (1954). Avec Glenn Ford, Gloria Grahame.
Alors que Jean Renoir avait déjà adapté La bête humaine de Zola en 1938, Fritz Lang en propose sa propre version, tout aussi convaincante mais très libre. Comparer les deux versions n'a dès lors pas beaucoup de sens, d'autant que le cinéaste intègre pleinement le récit dans le décor urbain américain. Gloria Grahame – que l'on retrouve également ce soir dans Le violent – y est impressionnante, même si Lang regrettait de ne pas avoir pu donner le rôle à Rita Hayworth.

Le violent TCM 20H40 [2*]

De Nicholas Ray (1949). Avec Humphrey Bogart, Gloria Grahame.
"Je suis né avec ton baiser, je suis mort lors de ton départ, j'ai vécu le temps que tu m'as aimé." Si Le violent contient sa dose de romantisme, il met surtout en lumière les tourments des deux personnages principaux, dont un Bogart impérial en scénariste désabusé et suspecté de meurtre. L'enquête n'est que secondaire, mais elle permet de mieux cerner les démons intérieurs du héros qui mèneront à une fin aussi belle que dramatique.

102 dalmatiens AB3 20H30 [1*]

De Kevin Lima (2000). Avec Glenn Close, Gérard Depardieu.
Les 101 dalmatiens ayant pris avec succès une apparence réelle, ils ont voulu offrir une suite au public, histoire de ne pas être chiens. Ils passent même de 101 à 102, ce qui ne va pas diminuer l'envie irrésistible de Cruella de s'offrir un beau manteau de fourrure. Quasi copier-coller du premier épisode, le film ne surprend donc guère mais les acteurs se plaisent à cabotiner du mieux qu'ils peuvent pour amuser un jeune public. Une joyeuse bande de woufs!

Sur le même sujet
Plus d'actualité