Les meilleurs films du 21 mars 2014

Chaque jour, un spécialiste cinéma de Moustique vous présente quatre films à voir ou à revoir. Critiques, bandes-annonces et étoiles pour chacun des films sélectionnés.

Ce vendredi, à l'affiche:

  • Mission Impossible
  • Raymond
  • La Zizanie
  • Skin

1062060

Skin [3*]

Arte 20h50

D'Anthony Fabian (2008). Avec Sophie Okonedo, Sam Neill.

Alors que le récent décès de Nelson Mandela a rappelé ce que furent les sinistres années de l'apartheid en Afrique du Sud, Skin mettait également en évidence la profonde inanité tragique de toute loi raciale, par le biais d'un couple blanc confronté à une situation kafkaïenne. Sophie Okonedo donne toute l'ampleur dramatique nécessaire à ce film d'autant plus poignant qu'il est tiré d'une histoire vraie.

Mission impossible [2*]

AB3 22h05

De Brian De Palma (1996). Avec Tom Cruise, Jon Voight.

Après son adaptation très réussie de la série culte Les incorruptibles, De Palma se lance à l’assaut d’un autre monument de la télé. Avec un style visuel plein de virtuosité, le film contient une solide dose de suspense et de rebondissements, dont le plus marquant se veut une trahison culottée de l’essence même du feuilleton. Et malgré quelques longueurs, aucun risque de voir l’attention du téléspectateur s’autodétruire dans les cinq secondes.

Raymond [1*]

Club RTL 20h25

De Brian Robbins (2006). Avec Tim Allen, Robert Downey Jr.

Titre français bien peu inspiré pour cette comédie animalière américaine, peut-être en référence au Didier d'Alain Chabat qui exploitait à peu près le même thème. Mais ce Raymond est surtout le remake du fameux Shaggy Dog (Quelle vie de chien) qui enchanta bien des gosses dans les années 60. Les petits-enfants de ces enfants-là apprécieront sans doute cette nouvelle version, même si elle manque tout de même fameusement de chien.

La zizanie [1*]

La Une 20h50

De Claude Zidi (1978). Avec Louis de Funès, Annie Girardot.

Aux antipodes du couple en bisbrouille qu'ils forment dans La zizanie, l'osmose fut complète entre de Funès et Girardot: "Quand tu voyais la gentillesse que Louis avait… Je l'adorais!", déclarait encore l'actrice en 2004. Dommage que le film ne soit pas à la hauteur de leur duo, la faute à une réalisation un peu plate. Paradoxalement, le message écologique avant l’heure délivré par le film se regarde aujourd’hui d’un autre œil.

Sur le même sujet
Plus d'actualité