Les meilleurs films du 20 décembre 2013

Chaque jour, retrouvez le meilleur des films diffusés avec les bandes-annonces et la cote de chacun de ceux-ci. Aujourd'hui, Armaggedon, Les rois de la glisse, 30 jours de nuit et un château en enfer. Bon moment télé.

1003356

Armageddon [2*]

AB3 20H05

De Michael Bay (1998). Avec Bruce Willis, Liv Tyler.

Un astéroïde fonce plein pot vers la Terre. Seule solution: y creuser un trou profond et tout faire péter avec une bombe atomique! Le côté original de l’affaire, c’est qu’on file le travail à des foreurs dégotés sur leur plate-forme pétrolière. La bande d’ours mal léchés est emmenée par un Willis en pleine forme pour nous garantir le spectacle, et sauver accessoirement l’humanité. Du pop-corn, mais du bon!

Un château en enfer [2*]

TCM 20H40

De Sydney Pollack (1969). Avec Burt Lancaster, Jean-Pierre Aumont.

Hiver 1944. Des militaires américains prennent possession d’un étrange château dans les Ardennes. Bizarre aussi, le maître des lieux, s’attachant à réunir le major Falconer et son épouse pour lui donner un héritier. Une atmosphère onirique flotte sur ce film de guerre d’apparence classique, mais fascinant, prétexte pour Pollack à poser des questions essentielles sur l’art, la guerre ou encore la vanité humaine.

30 jours de nuit [2*]

PLUG RTL 21H15

De David Slade (2007). Avec Josh Hartnett, Melissa George.

Alaska. Comme promis par le titre, la nuit va tomber pour 30 jours sur la petite bourgade de Barrow où les vampires ont quartier libre pour trucider de braves autochtones! Investissant un cadre inhabituel, cette série B horrifique a de quoi faire doucement suer d’angoisse les amateurs de frissons… polaires.

Les rois de la glisse [2*]

CLUB RTL 22H20

De Chris Buck, Ash Brannon (2007). Avec les voix d’Emmanuel Garijo, Omar Sy.

Quelques mois à peine après Happy Feet, ces manchots glisseurs débarquaient au cinéma. On aurait pu craindre une vulgaire stratégie commerciale. Il n’en est rien. Prenant la forme originale d’un documentaire sur une peuplade censée faire du surf, le film assume son parti pris à fond. C’est ainsi qu’entre les micros qui dépassent dans le cadre, les interviews de parents dubitatifs, d’agents méprisants et d’un champion prétentieux, cette animation rigolote slalome avec bonheur entre fantaisie débridée, peinture réaliste du milieu des surfeurs et rire pour tous.

Sur le même sujet
Plus d'actualité